Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Fond diffus cosmologique, la trace laissée 380'000 ans après le début de l'Univers

Le fond diffus cosmologique est le nom donné au rayonnement électromagnétique généré 380'000 ans après le début de l'univers, lorsqu'il était dense et chaud.

18 avr. 2014, 08:07
Arno Allan Penzias et Robert Woodrow Wilson chercheurs aux laboratoires Bell, ont découvert le fond diffus cosmologique en 1964.

Le fond diffus cosmologique – également appelé rayonnement fossile ou rayonnement thermique à 3° Kelvin  – est une ondulation électromagnétique observée dans toutes les directions du cosmos. C’est un reliquat du Big Bang datant de 380'000 ans après la naissance de l'Univers.

Car, à cet instant, l’énorme température initiale du cosmos avait chuté à 3000 degrés. Les particules élémentaires qui constituaient la soupe primitive se sont combinées pour former les atomes. «Les électrons et les protons se sont associés en hydrogène neutre», détaille Ruth Durrer, professeur au département de physique théorique de l'Université de Genève.

L’Univers, opaque jusque-là, devenait transparent. Autrement dit, la lumière qui était jusqu’alors piégée dans le magma de particules élémentaires sous forme de photons (les particules de lumière), s’est libérée pour se propager partout dans l’espace.

Avec la dilatation constante de l’Univers, le rayonnement fossile se refroidissait pour atteindre 3°K ( plus précisément 2,728°K, soit -270.424°Celsius).

C’est ainsi que les chercheurs du laboratoire américain Bell (téléphonie), Arno Allan Penzias et Robert Woodrow Wilson l’ont mesuré sur Terre en 1964.

Ce fond diffus cosmologique nous renseigne donc non seulement sur l’état de l’Univers à 380'000 ans. Mais également sur ce qui s’est passé auparavant. Il permet de reconstituer une grande partie de  son histoire et de déterminer ses constituants originels.

Voyez la définition du fond diffus cosmologique dans la vidéo de 3:48 minutes ci-dessous!

Votre publicité ici avec IMPACT_medias