Réservé aux abonnés

Jean-Jacques herborisant

Botanique des Lumières
05 août 2015, 14:05
data_art_5748342

De la rencontre, vers 1762, avec le docteur Jean-Antoine d'Ivernois, médecin à Neuchâtel et naturaliste, va germer la passion de Rousseau pour la botanique : " Je n'ai plus que du foin dans la tête, je vais devenir plante moi-même un de ces matins, et je prends déjà racine à Môtiers " . En naîtra une huitaine de lettres adressées à une pseudo cousine, " persuadé qu'à tout âge l'étude de la nature émousse le goût des amusements frivoles, prévient le tumulte des passions, et porte à l'âme une nourriture qui lui profite " (Lettre première. Du 22 août 1771). Ces lettres, complétées d'un diction...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois