Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Julie Otsuka explore le passé japonais des Etats-Unis

par Daniel Bujard

02 nov. 2012, 00:01
data_art_6524773.jpg

"Certaines n'avaient jamais vu la mer" , de Julie Otsuka. Ed. Phébus, 142p.

Le milieu en chuchotait d'impatience et les sites spécialisés en bruissaient d'aise. Désormais, c'est chose faite, la traduction du livre de Julie Otsuka "Certaines n'avaient jamais vu la mer", nominé pour le prix Femina étranger 2012, est enfin disponible en français. Chuchotement, bruissement, des noms qui a eux seuls résument la venue au monde de ce livre à la beauté abyssale.

Petite fille d'immigrés japonais, Julie Otsuka tente de comprendre et d'apprivoiser ce qu'a été le traitement des Américains d'ascendance japonaise qui ont vécu aux Etats-Unis avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Particularité qui résume à elle seule le roman de Julie Otsuka: une écriture à la première personne du pluriel. Revendication qui sonne comme une symphonie, une sorte d'odyssée nippone. " Sur le bateau, nous étions presque toutes vierges. Nous avions de longs cheveux noirs,...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias