Réservé aux abonnés

Justin Torres et la beauté du diable

Daniel Bujard
05 août 2015, 15:40
data_art_5760383

"Vie animale"

de Justin Torres, c /o Editions de l'Olivier, 139 p.

Regardez, regardez bien Justin Torres, on dirait que ses mots jurent, qu'ils débordent de ce trop plein poétique, comme s'ils étaient vivants, comme si la beauté du diable et la largesse des sentiments devaient se confondre en d'innombrables excuses. Ce jeune auteur américain - révélation de la rentrée littéraire outre-Atlantique pour son premier roman, attaque puissamment son lecteur. Il a cette folle envie qu'on les grands auteurs à vouloir plaire par des artifices démoniaques. Construction audacieuse, sentiment pernicieux, ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois