Réservé aux abonnés

"La fête sauvage", l'anatomie de la mort à l'ère du spectacle

Par Maxime Maillard
07 août 2015, 10:55
data_art_6747473.jpg

"La Fête sauvage" par Annie Mignard:

Les éditions du Chemin de fer, 2012.

A la fois située dans les entrailles et sur le sol d'une terre inculte et aromatique, cette histoire sortie d'un fait divers est aussi un récit qui n'a pas d'âge. Son écriture poétique, son allure de parabole, par le questionnement qu'elle porte sur les liens unissant l'individu et la communauté, apparaît transposable à toutes les époques. "Un soir de juin des années 1980, dans le centre de l'Italie, un petit garçon courait par la campagne autour de son village" , là "où les Etrusques et les Romains avaient marché en ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois