Réservé aux abonnés

La poétesse des confins

Quand l’Ecossaise Kathleen Jamie fait un «Tour d’horizon», il faut s’accrocher. Dans ses voyages dans l’extrême Nord ou le passé, elle sollicite tous nos sens et invite à la réflexion, non sans humour.
25 janv. 2019, 00:01
DATA_ART_12631984

Née en 1962 en Ecosse, Kathleen Jamie écrit des poèmes pour lesquels elle a reçu de nombreux prix, dont le prestigieux Forward Book of Poetry. «Tour d’horizon» lui-même a bénéficié d’un très bon accueil critique, et après sa parution aux Etats-Unis, a été doté du John Burroughs Medal et du Orion Award.

Il faut dire que ce recueil de quatorze récits autobiographiques frappe pour plusieurs raisons. Le premier, «Aurore boréale», raconte une expédition dans le Grand Nord. Une exploration qui ne manque pas de soulever des questions spirituelles, mais Kathleen Jamie le fait avec des images incongrues...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois