Réservé aux abonnés

La Suisse de Gustave Courbet

Publié en format poche, le roman de David Bosc revient sur les dernières années du peintre au bord du Léman.
30 juin 2016, 23:46
/ Màj. le 01 juil. 2016 à 00:01
DATA_ART_10278661

La beauté diaphane du verbe tire quelquefois ses traits de la rigueur et de l’exigence, comme celle qui se dégage du roman de David Bosc, intitulé «La claire fontaine». Un titre en forme de mystère poétique égal à celui planant parfois sur les œuvres issues du Moyen Age.

Le 23 juillet 1873, le peintre Gustave Courbet passe la frontière suisse aux Verrières. Comme ses malheureux prédécesseurs, les Bourbaki, du nom de l’armée française en déroute suite à la débâcle de 1871, Courbet fuit non les Prussiens, mais la Commune de Paris, dont il fut l’un des principaux animateurs. A l’automne ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois