Réservé aux abonnés

Le bonheur ne sera jamais de ce monde Le bonheur ne sera jamais de ce monde

Génial bricoleur, le cinéaste français Michel Gondry adapte le roman culte de Boris Vian. Même si le trop-plein menace, l'esprit en est respecté à la lettre. Génial bricoleur, le cinéaste français Michel Gondry adapte le roman culte de Boris Vian. Même si le trop-plein menace, l'esprit en est respecté à la lettre.
07 août 2015, 11:16
data_art_6995252.jpg

Après la superproduction ma de in Hollywood du "Frelon vert" (2011) où, appelé en catastrophe sur un tournage en perdition, il avait dû jouer au pompier de service, le réalisateur d'"Eter nal Sunshine of the Spotless Mind" est rentré en France pour s'atteler à un projet qui lui tenait sans doute autrement à coeur: l'adaptation du chef-d'oeuvre de Boris Vian (1920-1959) dont le cinéaste Charles Belmont avait déjà tiré en 1968 un film qui, à lire la critique de l'époque, souffrait cruellement d'un manque de moyens. Plus chanceux, Michel Gondry a bénéficié d'un soutien financier nettement plus im...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois