Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Le Rigi se rêve "reine des montagnes"

Montagne la plus aimée d'Europe au XIXe siècle, le Rigi a connu des revers aussi impressionnants que ses succès. Un livre lui rend hommage.

05 juin 2012, 00:01
data_art_6092185.jpg

Ce n'était pas "rasez les Alpes qu'on voie la mer", mais presque. Sur l'un des premiers "écus d'or" vendus à la fin des années 1950 pour la protection du patrimoine et du paysage, on pouvait lire: "Une vue libre sur un paysage ouvert".

L'action visait à "nettoyer" le sommet du Rigi, au bord des lacs des Quatre-Cantons et de Zoug. L'organisation Patrimoine suisse "ne visait pas à sauver des bâtiments historiques, mais à les détruire!" rappelle le journaliste de la "NZZ" Adi Kälin, qui vient de signer l'ouvrage "Rigi, bien plus qu'une montagne".

De fait, deux hôtels du Rigi furent détruits avec l'aide de Patrimoine suisse. Le 19 juin 1955, l'organisation Patrimoine suisse célébra sa victoire par la mise à feu des dernières poutres des bâtisses rasées, sur un bûcher digne de ceux où l'on brûlait les sorcières, selon la comparaison d'Adi Kälin. Tout le monde applaudit. "Seul un homme,...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias