Astronomie: l'eau des couches externes de Jupiter a été apportée par une comète

Les observations du télescope de l'Agence spatiale européenne (ESA) ont permis de lever une grande inconnue. L'eau des hautes strates de l'atmosphère de Jupiter provient de la comète Shoemaker-Levy 9.
23 avr. 2013, 16:57
La majeure partie de l'eau des hautes couches de l'atmosphère de Jupiter provient de la comète Shoemaker-Levy 9.

La quasi-totalité de l'eau présente aujourd'hui dans la haute atmosphère de Jupiter a été déposée par la comète Shoemaker-Levy 9 lors d'une collision avec la planète en 1994, selon des observations du télescope spatial Herschel.

Shoemaker-Levy 9 a percuté Jupiter en juillet 1994, laissant des traces à la surface de la planète pendant plusieurs semaines. Trois ans plus tard, un télescope infrarouge de l'Agence spatiale européenne (ESA), ISO, détectait pour la première fois de la vapeur d'eau dans la haute atmosphère de Jupiter.

 


Une surprise pour les astronomes, car si l'atmosphère profonde des planètes géantes est riche en eau, cette eau ne peut atteindre la haute atmosphère. Comme les comètes sont très riches en eau, Shoemaker-Levy 9 a alors été suspectée.

Très grande sensibilité

Seize ans plus tard, le télescope spatial Herschel de l'ESA a permis de lever les doutes. Grâce à sa très grande sensibilité, une équipe internationale d'astronomes menée par Thibault Cavalié, du Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux (CNRS/Université de Bordeaux) a pu cartographier en 3D la distribution d'eau dans la stratosphère de Jupiter.

Elle a ainsi découvert deux à trois fois plus d'eau dans l'hémisphère sud de la planète, où avait eu lieu l'impact de la comète, que dans l'hémisphère nord, explique le CNRS dans un communiqué. Le maximum de densité de colonne d'eau est observé au point même de l'impact.

"D'après nos modèles, jusqu'à 95% de l'eau observée dans la stratosphère de Jupiter est due à l'impact de la comète", a déclaré Thibault Cavalié, cité dans un communiqué de l'ESA. Ces résultats ont été publiés mardi dans la revue "Astronomy and Astrophysics".