50 ans de l'A1

Sauver sur tous les fronts

chargement

SECOURS Les sapeurs-pompiers sont un maillon essentiel du dispositif, faisant face au feu, aux pollutions et aux accidents.

Par JOCELYNE LAURENT
  17.12.2014, 00:01
1/3  

jlaurent@lacote.ch

On les surnomme les soldats du feu et pourtant les sapeurs-pompiers font bien plus que d'éteindre des incendies. Ils interviennent également en cas de pollution, d'inondation et, en plus, depuis la multiplication des voitures et la réalisation des voies rapides, une nouvelle mission est à ajouter à leur actif: le secours routier. Au départ, les dépanneurs se chargeaient de cette tâche. Puis l'Office fédéral des routes a voulu la confier à la gendarmerie qui a décliné. Les sapeurs-pompiers l'ont assumée dès la fin des années 70. L'article de loi date, lui, de 1985.

"Au tout début, notre matériel servant à la désincarcération se trouvait dans une simple remorque. Ce n'est qu'en 1982 que nous avons acquis un véhicule ad hoc" , relève Pierre-Yves Corthésy, commandant du SDIS (Service de défense incendie et de secours) Nyon-Dôle, chef du site de Nyon. "On avait une grosse Jeep à laquelle on attelait une remorque: on y mettait les outils de désincarcération dans des caisses en bois. Nous avons reçu notre premier véhicule, dont nous avions décidé de l'agencement, en 1981" , explique pour sa part Eric Henry, commandant du SIS (Service d'intervention et de secours) Morget.

 

Interventions à risque

 

Sur l'autoroute, la mission de secours routier est rendue d'autant plus ardue que l'accès au lieu d'un accident n'est pas toujours aisé, en raison du fort trafic, et d'autre part, une fois sur place, les sapeurs-pompiers doivent veiller à leur sécurité avant de prodiguer des secours. Autre contrainte, sans moyen de se ravitailler en eau, ils se déplacent obligatoirement avec un tonne-pompe. "On part toujours avec deux véhicules, C'est aussi une façon de nous protéger, un des véhicules sert de bouclier contre le trafic" , relève le major Eric Henry.

Le commandant relève que, sur la zone d'intervention de Morges (approximativement de Lausanne à Rolle), les interventions de désincarcération sont en baisse - ce qui ne signifie pas pour autant qu'il y a moins d'accidents - en raison de l'évolution des techniques de construction des véhicules, de plus en plus sécurisés. Le major dénombre - sur l'autoroute - un seul cas en 2014, alors que la moyenne se situait entre deux et trois ces dernières années et entre quatre et cinq il y a dix ans.

La sophistication des véhicules oblige, par contre, les sapeurs-pompiers, à se doter des derniers outils technologiques pour agir. Les cisailles hydrauliques et les écarteurs ne suffisent plus. Il n'y a désormais plus d'intervention sans ordinateur qui, sur la base de la plaque numérologique, permet d'identifier le type de véhicule, l'emplacement des airbags, des batteries - deux dangers potentiels à désamorcer avant de débuter la désincarcération - et l'endroit exact où les sapeurs-pompiers peuvent découper la voiture.

Aujourd'hui, si les sapeurs-pompiers interviennent, ils savent qu'il s'agira d'un cas assez grave. "En partant sur une désincarcération, on sait qu'il y a une question de vie ou de mort, notre état d'esprit est différent que lors d'une mission feu" , explique le commandant.

 

Voitures vertes: danger

 

"Le sapeur-pompier, en désincarcération, est au service des ambulanciers, le dialogue, la collaboration et la synchronisation entre partenaires sont hyperimportants. C'est un travail d'équipe encore plus pointu que sur un feu." , précise Eric Henry.

Lequel estime que la problématique des véhicules hybrides est l'un des défis qui attend les sapeurs-pompiers en matière de secours routier. "Ce type de véhicule représente pour le sauveteur à la fois un risque "d'électrocution et d'écrasement" pour les véhicules électriques et de feu "torchères" sur les véhicules à gaz. L'an prochain, les sapeurs-pompiers bénéficieront d'une formation spécifique au niveau cantonal" , explique le commandant morgien.

 

LUTTE SUPPLEMENTAIRE

 

 

POLLUTIONS

Les détachements de premier secours de Lausanne et de Nyon ont une mission supplémentaire sur l'A1: intervenir en cas de pollution aux hydrocarbures ou de produits chimiques. Dans ce cas, ils possèdent des véhicules entièrement dédiés à cette mission. Selon les besoins, les sapeurs-pompiers ont à disposition, entre autres, des obturateurs pour protéger les canalisations des pollutions, du produit absorbant à déverser pour le sol et dans les cours d'eau, des barrages flottants et enfin des pompes et autres outils pour récupérer le tout. Le répertoire des produits dangereux en cas de pollutions chimiques ne contient rien moins que quatre volumes, soit plus de 9000 produits recensés.

 

 

EFFICACITE

En 1995, un camion-citerne, transportant plus de 20 000 litres d'essence sans plomb, s'était renversé sur la chaussée côté Jura, à hauteur d'Arnex, risquant d'exploser. Près de 3000 litres de ce carburant volatil et inflammable s'étaient écoulés de la citerne percée. Une partie avait fini dans le Boiron malgré l'intervention d'une cinquantaine de pompiers de Nyon, de la région, de Morges et de Lausanne. Les opérations de secours avaient duré plus de douze heures. Les sapeurs-pompiers avaient tout d'abord déversé une épaisse couche de mousse autour la citerne (protection feu), puis pris des mesures de protection contre la pollution dans le Boiron: pose d'obturateurs sur les canalisations d'eaux claires et de barrages antipollution avec produits absorbants en plusieurs points du cours d'eau et au lac.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

AutorouteAu bord de l’autoroute, des fleurs bleues essentielles à la biodiversitéAu bord de l’autoroute, des fleurs bleues essentielles à la biodiversité

CIRCULATIONQuel sera le visage de l'autoroute du futur?Quel sera le visage de l'autoroute du futur?

ANNIVERSAIREPas de piscine sans autoroutePas de piscine sans autoroute

CULTUREQuand l'autoroute inspire l'artisteQuand l'autoroute inspire l'artiste

MORGESUn îlot de paix entre trains et voituresUn îlot de paix entre trains et voitures

Top