26.06.2020, 11:00

Coronavirus et restauration: «Il a fallu se serrer sérieusement la ceinture»

Premium
chargement
Nicoline Anjema Robin estime à 300 000 francs le manque à gagner essuyé durant les deux mois de fermeture.

Coronavirus Fin 2017, Nicoline Anjema Robin et son mari reprenaient l’Hostellerie du Château à Rolle. Alors que l’établissement commençait enfin à tourner, le virus est venu s’en mêler.

Nicoline Anjema Robin, de l’Hostellerie du Château à Rolle, se souvient précisément du moment où tout a basculé. C’était le 28 février, avant même que les fameuses mesures de la Confédération soient annoncées. «Ce jour-là, mon mari et moi avons appris l’annulation du Salon de l’auto. L’hôtel affichait complet en vue de l’événement. En quelques jours, toutes nos réservations ont été annulées. Nous n’arrivions pas à le croire…» Et ce n’était que le début de la dégringolade.

A lire aussi : Comment le tourisme régional se plie en quatre pour attirer...

À lire aussi...

CoronavirusJacques Dubochet: «Ce virus, c’est un peu une remise à jour»Jacques Dubochet: «Ce virus, c’est un peu une remise à jour»

CoronavirusMichel Mayor: «Comme souvent, on ne nous a pas écoutés»Michel Mayor: «Comme souvent, on ne nous a pas écoutés»

Et maintenant?Alain Berset: «J’espère qu’on ira à Paléo en 2021»Alain Berset: «J’espère qu’on ira à Paléo en 2021»

Coronavirus«Nos petits-enfants ont eu la trouille que papi s’en aille»«Nos petits-enfants ont eu la trouille que papi s’en aille»

CoronavirusAtteint du coronavirus, son papa a pu mourir entouré de ses prochesAtteint du coronavirus, son papa a pu mourir entouré de ses proches

Top