25.06.2020, 17:00

Pour la vente directe, l’amour dure-t-il toujours?

Premium
chargement
1/4  

Consommation Ils ont été pris d’assaut dès les premiers jours du semi-confinement: les marchés fermiers ont vu leur fréquentation exploser durant la crise. Vrai virage ou feu de paille?

A la question de savoir comment il a traversé la crise sanitaire, Pierre Heuberger agriculteur et propriétaire du marché paysan Le Panier gourmand à Signy-Avenex, répond par un laconique: «Boulot, beaucoup de boulot.» Ceux qui ont fréquenté la boutique de l’exploitation durant le semi-confinement vous le confirmeront: il fallait s’armer de patience pour accéder aux étals du magasin.

Un cas loin d’être isolé dans la région: la vente directe par les producteurs locaux...

À lire aussi...

Ensemble vers demainComment le tourisme régional se plie en quatre pour attirer les SuissesComment le tourisme régional se plie en quatre pour attirer les Suisses

CoronavirusComment le coronavirus nous a (ré)appris la solidaritéComment le coronavirus nous a (ré)appris la solidarité

Long formatCovid-19: récit d’une crise inéditeCovid-19: récit d’une crise inédite

Coronavirus«Nos petits-enfants ont eu la trouille que papi s’en aille»«Nos petits-enfants ont eu la trouille que papi s’en aille»

CoronavirusAtteint du coronavirus, son papa a pu mourir entouré de ses prochesAtteint du coronavirus, son papa a pu mourir entouré de ses proches

Top