Coronavirus
  19.12.2020, 17:00
Lecture: 8min

Comment ne pas virer dingo face au yoyo des décisions sanitaires

Premium
chargement
Effet yoyo, ascenseur émotionnel: le va-et-vient des décisions sanitaires pèse lourd sur notre psychisme.

Psychologie Joie, colère, tristesse: comment gérer au mieux ses émotions face au «stop-and-go» des autorités politiques? Témoignages et regard d’experte.

«J’ai d’abord ressenti beaucoup de joie quand les restaurants ont été autorisés à rouvrir. Puis de l’abattement et de la colère quand le Conseil fédéral annonçait, quatre jours plus tard, qu’ils risquaient peut-être de fermer à 19h. Un grand soulagement ensuite quand les autorités informaient qu’on pourrait finalement ouvrir jusqu’à 23h. Mais de la peur aussi face aux conséquences d’une éventuelle troisième vague.»

A lire aussi : Comment les étudiants (sur)vivent à l’isolement

Les mots sont ceux de Johanna Florey, patronne de la Brasserie V, à Neuchâtel, et du Mö, à La Chaux-de-Fonds. Des mots pour dire...

À lire aussi...

SoutienCoronavirus: en cas de déprime ou d’anxiété, ils sont là pour aiderCoronavirus: en cas de déprime ou d’anxiété, ils sont là pour aider

RestrictionsLes restaurateurs digèrent mal le coup de massue venu de Berne mardiLes restaurateurs digèrent mal le coup de massue venu de Berne mardi

Top