Coronavirus
 09.03.2020, 17:00

Coronavirus: à Opus One, «on souffre mais on s’accroche»

Premium
chargement
Vincent Sager, directeur d'Opus One, craint l'effet coronavirus sur son secteur d'activité.

Nyon S’il est une entreprise de la région qui se retrouve en première ligne parmi toutes celles impactées par les mesures prises contre le coronavirus, c’est bien elle. Organisatrice de concerts et d’événements, la Nyonnaise Opus One tousse passablement depuis dix jours. Et son directeur, Vincent Sager, craint que les symptômes ne s’aggravent encore.

La bouteille de désinfectant trône sur le pupitre d’entrée des locaux flambant neufs d’Opus One, à l’Asse. Il n’empêche, le Coronavirus a déjà violemment frappé l’entreprise nyonnaise, organisatrice de concerts et d’événements, et ici les visages sont loin d’être à la fête. Depuis ce vendredi 28 février, jour où Alain Berset annonçait les premières mesures helvètes pour limiter la...

À lire aussi...

live
EpidémieCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 9 marsCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 9 mars

CoronavirusAubonne: l’école internationale fermée en raison du coronavirusAubonne: l’école internationale fermée en raison du coronavirus

SantéCoronavirus: au loto de Gingins, on n’a pas peur!Coronavirus: au loto de Gingins, on n’a pas peur!

EmploiFace au coronavirus, mes droits et mes devoirs en 7 questionsFace au coronavirus, mes droits et mes devoirs en 7 questions

Top