Coronavirus
 20.03.2020, 07:00

Vaud: des appels de plus en plus angoissés à la hotline

chargement

Coronavirus Avec près de 2000 appels par jour, la hotline médicale vaudoise pour le coronavirus tourne à plein régime. Une grande inquiétude règne chez les citoyens.

La hotline médicale mise en place dans le canton de Vaud tourne à plein régime. Elle reçoit environ 2000 appels par jour en lien avec le Coronavirus, de la part de citoyens gagnés par l'inquiétude.

"Nous devons de plus en plus assurer un soutien psychologique", reconnaît Christian von Plessen, le médecin responsable de cette hotline. "Ce n'est pas la psychose, mais nous devons désormais aider des personnes désorientées, voire déprimées", explique-t-il, précisant toutefois que la majorité des appelants restent sereins.

Image:Keystone

Pour assurer ce soutien, mais aussi répondre aux nombreuses questions médicales sur le coronavirus, le canton de Vaud a réquisitionné vingt infirmières et infirmiers, encadrés par un médecin et un coordinateur. Ces "répondeurs" sont installés au Centre de la protection de la population à Gollion où, tous les jours, ils enchaînent les appels de 8h à 20h.

Casques sur les oreilles, ils naviguent sur différents sites internet, notamment celui de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et du canton de Vaud, pour trouver la meilleure réponse à donner à leurs interlocuteurs. Leur premier allié reste néanmoins le CoronaCheck, cet algorithme développé par Unisanté qui permet d'évaluer un cas.

Balade dans la nature

"Nous ne prenons pas de décisions médicales. Nous ne posons pas de diagnostic. Notre travail consiste à donner des informations et à orienter les personnes dans le système de santé", explique M. von Plessen.

Les demandes viennent majoritairement de la population, même si des professionnels de la santé font aussi appel à cette hotline. Quant aux questions posées, elles sont très variées. Une infirmière raconte par exemple qu'elle a eu jeudi matin un père qui n'arrivait plus à gérer ses trois enfants. D'où son conseil: faire une balade dans la nature.

Pic à 5000 appels

Le canton de Vaud, qui dispose d'une autre hotline pour les questions générales sur le coronavirus, a ouvert sa ligne médicale le 27 février. Basée au début à Lausanne, elle employait initialement six personnes et recevait une centaine d'appels par jour. Ceux-ci ont rapidement explosé avec un pic à 5000 appels le 12 mars. Depuis, cela s'est stabilisé à 2000 par jour.

Pour recruter 20 collaborateurs à Gollion, la hotline vaudoise a notamment pu compter sur l'arrivée de plusieurs infirmières scolaires. "La fermeture des écoles a été une bonne nouvelle pour nous", reconnaît M. von Plessen.

Vaud attend impatiemment des masques chinois

La gestion du matériel devient tendue dans le canton de Vaud pour lutter contre le coronavirus. Le manque de masques est particulièrement problématique dans l'attente d'une grosse commande venue de Chine.

"C'est une course contre-la-montre", affirme la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz. La cheffe du Département de la santé et de l'action sociale (DSAS) raconte que "des millions de masques" ont été commandés en Chine, mais que leur acheminement pose problème.

"Le transport est devenu beaucoup plus compliqué. Il faut faire avec de nombreuses contraintes logistiques", relève Mme Ruiz, qui a reçu jeudi quelques journalistes dans les locaux du DSAS. Elle explique que les masques se trouvent toujours en Chine et qu'ils devraient arriver début avril en terre vaudoise.

Notre situation est vraiment tendue
Rebecca Ruiz, conseillère d’Etat

La conseillère d'Etat souligne que le canton de Vaud, au vu de sa taille, ne peut pas se contenter des masques fournis par l'armée suisse. "Notre situation est vraiment tendue", reconnaît-elle.

La socialiste ajoute qu'elle est en contact permanent avec le personnel soignant, où la diminution des stocks de masque préoccupe. "Il y a vraiment de grosses inquiétudes de la part des gens qui sont au front", relève-t-elle.

La situation est aussi délicate pour les appareils d'assistance respiratoire, sans être aussi critique que pour les masques, note Mme Ruiz. Elle rappelle notamment que l'un des leaders mondiaux à fabriquer ces appareils se trouve en Suisse, et que sa production pourrait être réquisitionnée pour les hôpitaux du pays.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du jeudi 2 avrilCoronavirus: toutes les nouvelles du jeudi 2 avril

solidaritéHockey: Roman Josi donne 20’000 dollars pour les plus démunisHockey: Roman Josi donne 20’000 dollars pour les plus démunis

insoliteCoronavirus: déguisé, ce facteur distribue de la bonne humeur aux habitants confinésCoronavirus: déguisé, ce facteur distribue de la bonne humeur aux habitants confinés

CoronavirusPrises d’assaut par les promeneurs, les campagnes sont sous pressionPrises d’assaut par les promeneurs, les campagnes sont sous pression

GénérositéLes lapins de Pâques déferlent dans les hôpitauxLes lapins de Pâques déferlent dans les hôpitaux

Top