Coronavirus
 06.04.2020, 20:00

Coronavirus: Vous avez des problèmes de dialogue dans le couple?

chargement
1/2  

On parle? Le confinement, l’école à la maison et le télétravail bouleversent le quotidien des familles, mais la thérapeute Carla Nessi Trippi pense que ce moment difficile est peut-être une chance d’évoluer.

Une journée entière sous le même toit que son partenaire, avec ou sans les enfants en sus, les sorties et les voyages exclus, bref, la rupture brutale avec une routine bien rodée peut mettre les nerfs de chacun et chacune à rude épreuve. Comment faire pour que la cohabitation se déroule au mieux malgré les mesures actuelles?

Carla Nessi Trippi dirige un centre de formation et de thérapie relationnelle Imago avec son mari Carlo Trippi depuis 30 ans. La maison du Couple à Chexbres et à Arbaz propose des stages, des formations, et des thérapies de couple. Elle promeut une manière de communiquer largement répandue Suisse romande.

Être d’abord à l’écoute de l’autre

Pour la psychothérapeute, «le couple reste le couple, avec ou sans confinement». Elle-même répond encore aux urgences, avec la distance recommandée, et non plus dans une petite pièce, trop étroite, mais au salon. «A la guerre comme à la guerre. » dit-elle, non sans malice. «En particulier maintenant, il est très important d’être à l’écoute de l’autre et que chacun aille dans la direction de ses besoins.»

Pour permettre cette écoute en ce moment où tout change, Carla Trippi suggère tout simplement de provoquer une réunion chaque matin. Chacun pourra dire s’il a besoin de place pour travailler, de silence pour se retrouver, ou d’aller au travail quand c’est obligatoire. Et le couple pourra décider ensemble qui s’occupe de quoi. La thérapeute conseille également de discuter chaque soir pour savoir si la journée s’est bien passée. «La situation est inhabituelle, donc il faut tout d’abord accepter la situation, et se mettre à la recherche de solutions.»

«Il faut se mettre à la recherche de solutions ensemble. 
Carla Trippi, thérapeute Imago

Pour Carla Trippi, il s’agit d’oser changer ses habitudes. Cette réunion, qui peut sembler une perte de temps pour certains, donne en réalité des résultats rapidement. «D’autant plus quand on a des enfants. Dans une famille, les plus jeunes peuvent aussi participer. Un couple qui allait bien avant l’épidémie devrait pouvoir passer la crise. Pour un couple qui rencontrait déjà des difficultés, c’est peut-être l’occasion de mieux communiquer.»

Être attentif à l’autre

Une fois réunis, comment favoriser la communication, justement ? « Je ne pense pas qu’il faille plus parler, mais plus écouter ! En thérapie, nous avons des outils qui fonctionnent très bien, et il n’est pas possible de les expliquer en deux minutes. Si cela devient violent ou vraiment désagréable, il faut consulter.» Mais avant d’en arriver à ces extrêmes, il s’agit de s’exercer à écouter l’autre, et de mettre de côté ses solutions déjà toutes prêtes, ou ses jugements («Oh non, il va encore me parler de ça.») Carla Trippi cite l’écrivain Eckhart Tolle: «L’écoute véritable dépasse largement la perception auditive. C’est l’attention éveillée, un espace de présence dans lequel les paroles sont reçues.»

Dans cette approche, on vit en priorité pour soi, mais faire un effort pour l’autre fait grandir. «C’est la mission du couple, rendre l’autre heureux, et par conséquent soi-même. Cette crise apprend à devenir responsable de soi et de l’autre.» Avec son époux Carlo Trippi, Carla Trippi Nessi a écrit «Grandir et guérir grâce au couple», un petit livre de référence pour cette approche thérapeutique développée par Harville Hendrix et Helen Lakelly Hunt dans les années quatre-vingts aux Etats-Unis.

Laurence de Coulon

Pour aller plus loin

En savoir plus : lamaisonducouple.ch
«Grandir et guérir grâce au couple», Carla Nessi Trippi et Carlo Trippi, Ed. Jouvence, 96 p.
«Grandir en conscience par la thérapie Imago», Carlo Trippi, Ed. Jouvence, 224 p.

Comment dialoguer avec son conjoint ?

Pendant cette discussion, avec ou sans confinement, il y a quatre paramètres pour réussir une relation.

Demander, ce qui n’est pas toujours facile: «Certaines personnes pensent que les choses devraient arriver toutes seules et préfèrent reprocher que demander», explique Carla Trippi.

Refuser, ce qui signifie être authentique dans la relation. «Arrêter de faire semblant et de répondre des faux «oui» permet d’éviter une perte de temps et d’entrer dans la discussion. Si l’autre n’entend pas le refus, il faut répéter, et demander: «Est-ce que tu crois que je vis pour toi ou pour moi?» 

Donner, ce qu’on n’avait peut-être pas imaginé avant.

Recevoir. «C’est le plus difficile des quatre. Beaucoup de gens ne savent pas recevoir les choses toutes simples, un sourire, une porte ouverte, etc.» conclut la thérapeute.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du samedi 30 maiCoronavirus: toutes les nouvelles du samedi 30 mai

Pertes financièresCoronavirus: les hôteliers romands souffrent de l’absence de la clientèle d’affairesCoronavirus: les hôteliers romands souffrent de l’absence de la clientèle d’affaires

FormationCoronavirus: Guy Parmelin assure que les places d’apprentissage seront garantiesCoronavirus: Guy Parmelin assure que les places d’apprentissage seront garanties

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 29 maiCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 29 mai

PandémieCoronavirus: Donald Trump met fin à la relation des Etats-Unis avec l’OMSCoronavirus: Donald Trump met fin à la relation des Etats-Unis avec l’OMS

Top