Andorre - Suisse: il faudra gagner le plus largement possible

Lundi, la Nati devra non seulement vaincre Andorre, mais surtout soigner la différence de buts pour espérer une qualification à la Coupe du monde 2018.
09 oct. 2016, 11:09
/ Màj. le 12 oct. 2016 à 20:24
C'est la différence de buts qui primera si la Suisse se retrouve à égalité de points avec le Portugal.

Trois jours seulement après une victoire heureuse à Budapest (3-2) avec ce but de Valentin Stocker à la 89e minute, la Suisse affronte Andorre, 203e au classement FIFA, avec un double objectif: cueillir les trois points pour une troisième victoire en trois matches dans ce tour préliminaire de la Coupe du monde 2018, et soigner la différence de buts.

On le sait, c'est la différence de buts qui primera si la Suisse se retrouve à égalité de points avec le Portugal à l'issue de cette campagne de Russie. Dans le scénario assez probable qui verrait les deux équipes ne plus lâcher le moindre point avant leur confrontation du 10 octobre 2017, l'importance du goal average sera cruciale. Si la Suisse se présente au Portugal avec une différence de buts de plus 3 ou de plus 4 par rapport au Portugal, Cristiano Ronaldo et les siens seraient confrontés à une sorte de mission impossible.

Faire aussi bien que le Portugal

Sur la pelouse synthétique de l'Estadi Nacional, la sélection de Vladimir Petkovic s'efforcera donc de vaincre le plus largement possible. L'idéal serait de faire aussi bien que le Portugal vendredi soir qui s'est imposé 6-0 grâce notamment à un quadruplé de Cristiano Ronaldo face à un adversaire réduit à dix après la 62e minute et à neuf après la 71e.

Les statistiques soulignent toutefois qu'Andorre ne perd pratiquement jamais à domicile sur une telle marge. Ainsi lors du tour préliminaire de l'Euro 2016, l'équipe de la Principauté s'est inclinée 2-1 devant le Pays de Galles et 4-1 devant la Belgique. Ces statistiques rappellent aussi qu'Andorre n'a gagné qu'une seule rencontre depuis sa première campagne - le tour préliminaire de l'Euro 2000 -, à savoir un succès 1-0 le 13 octobre 2004 face à la Macédoine.

Même si le souvenir de la défaite du Letzigrund face au Luxembourg en 2008 est sans doute encore présent dans quelques têtes, les Suisses savent qu'ils ne risquent pratiquement rien lundi soir. "Il conviendra de marquer très vite dans le match", lâche Vladimir Petkovic. Vendredi au Portugal, Andorre était ainsi mené 2-0 après seulement quatre minutes de jeu sur deux buts de Cristiano Ronaldo... Si Xherdan Shaqiri pouvait dégainer aussi vite que CR7, la soirée sera très belle pour l'équipe de Suisse.

Un match pour Shaqiri

Auteur de jolies choses vendredi à Budapest dans une rencontre où il fut parfois boudé par la réussite, Shaqiri trouvera à Andorre un contexte qui doit lui permettre de briller. Sa technique tout en finesse peut faire des ravages. Vladimir Petkovic ne devrait pas bouleverser son attaque pour cette rencontre. Le forfait d'Eren Derdiyok limite quelque peu sa marge de manoeuvre. Il devait également aligner la même défense qu'à Budapest. Les changements interviendront donc en ligne médiane avec le retour de suspension de Granit Xhaka et l'absence de Valon Behrami, qui a eu la bonne idée de prendre un carton jaune en fin de match vendredi mais la mauvaise d'avoir reconnu devant les micros de l'avoir fait de manière intentionnelle.

La logique toutefois voudrait que Vladimir Petkovic maintienne Blerim Dzemaili dans sa ligne de deux juste devant la défense. Excellent à Budapest, le Zurichois s'est affirmé comme l'un des cadres de l'équipe après avoir longtemps souffert de la défiance que pouvait nourrir Ottmar Hitzfeld à son encontre. Ce match à Andorre peut lui permettre de trouver à nouveau le chemin des filets dans une rencontre à enjeu deux ans après son but lors de la victoire 4-0 à Saint-Marin. Dans une équipe qui n'arrête plus de marquer des buts, le joueur de Bologne doit retrouver cette réussite qui l'a encore fui vendredi à Budapest avec sa reprise en première période sauvée sur la ligne par un défenseur.