Coupe du monde 2018 en Russie
 03.07.2018, 23:13

Coupe du monde 2018: l'Angleterre vainc ses démons et passe en quart de finale

chargement
Les Anglais exultent après le dernier penalty qui leur donne la victoire.

Football Souvent malheureuse lors des séances de tirs au but, l'Angleterre a vaincu le signe indien. La Three Lions n'a pas tremblé cette fois et élimine la Colombie au terme d'un match très disputé.

Le sport est rompu. Après avoir été poussée en prolongation à la 93e par une Colombie qu'elle avait en son pouvoir, l'Angleterre a enfin remporté une séance de tirs au but dans un grand tournoi (4-3 tab, 1-1 a.p.). Les Three Lions se dresseront samedi à Samara sur la route de l'irréductible Suède en quart de finale de la Coupe du monde.

 

La transversale sur l'envoi d'Uribe, la main ferme de Jordan Pickford sur celui de Bacca et la délivrance, enfin, sur l'essai d'Eric Dier. L'Angleterre, sortie six fois aux tirs au but dans les grands tournois depuis 1990, peut croire que sa bonne étoile - la deuxième ? - est revenue.

Toute l'Albion commence de croire très fort à une rédemption. Commence De voir prendre forme ce retour au premier plan d'une nation répétant avoir inventé le football mais n'ayant jamais vraiment su quoi en faire depuis son titre mondial à domicile en 1966. Les Anglais, joueurs, techniques et organisés, ont confirmé tout le bien que l'on pense d'eux depuis le début du tournoi mais ont failli tout gâcher.

Car, qualifiés à 99,99%, les Three Lions se sont fait traîner en prolongations à la 93e, sur une tête de l'immense Jerry Mina - quel match ! - à la réception du premier corner de la rencontre en faveur des Cafeteros.

La sélection de Gareth Southgate avait eu le mérite de garder la tête froide jusqu'à la 75e, tandis que bouillaient celles des Colombiens, qui se sont sortis eux-mêmes de la rencontre en perdant toute mesure. Entre invectives collectives autour de l'arbitre, fautes à répétition et, même, geste plus que limite - léger coup de tête de Barrios sur le menton de Henderson, avec un jaune très foncé en guise de punition (41e) -, los Cafeteros en ont longtemps complètement oublié de faire ce qu'ils savent le mieux: jouer au ballon.

Entreprise de démolition

L'indiscipline de cette trop nerveuse Colombie a été sanctionnée par un penalty pour une faute de Carlos Sanchez sur Harry Kane. Le meilleur buteur de ce Mondial n'a pas laissé passer l'occasion de porter son total à six réussites (dont trois depuis les onze mètres), permettant ainsi à l'Angleterre de matérialiser enfin son outrageante domination (57e).

 

Kane aurait sans doute dû frapper plus tôt, à la 16e déjà, quand il s'était retrouvé en position idéale devant le but mais sans parvenir à cadrer sa tête (16e). Fermée et secouée par les nombreux duels acharnés entre les deux formations, la partie a surtout valu pour son intensité plus que pour la fluidité du spectacle proposé.

Les Three Lions ne sont pas les premiers à blâmer. Difficile de bâtir quand, dans le camp opposé, l'objectif s'est trop longtemps résumé à une entreprise de démolition, symbolisée par les quatre avertissements récoltés par les Colombiens en...douze minutes, entre la 52e et la 64e ! L'absence lourde de sens de James Rodriguez, le chef d'orchestre au mollet meurtri, ne justifie pas à elle seule l'option prise par José Pekerman et ses joueurs.

La Colombie proche du KO

Avec un score aussi serré, le dernier quart d'heure a été, par la force des choses, haletant. Les Anglais n'ayant visiblement pas encore appris à dicter un tempo lent, les deux formations ont enchaîné les raids à tombeau ouvert, sprintant d'un bout à l'autre du terrain presque jusqu'à faire bouger les têtes du public comme le font depuis lundi les joueuses et joueurs à Wimbledon.

Dans ces échanges rush pour rush, ce sont les Cafetiers qui ont eu les plus belles opportunités. Grâce à une vilaine perte de balle de Kyle Walker. Las pour les Colombiens, Juan Cuadrado, décalé par Carlos Bacca, a complètement raté son affaire en tirant par-dessus. Idem pour Radamel Falcao, dont la frappe, centrée et molle, n'a pas surpris Jordan Pickford (87e). Lequel a dû s'envoler sur un missile d'Uribe qui a provoqué le corner presque fatidique.

 

Voici donc en quart de finale une Angleterre qui, pour une fois, avait débarqué au Mondial presque sans espoir aucun de bien y figurer. Or, comme le bas du tableau est dépourvu de favori - la Suède en quart avant une éventuelle demi-finale contre la Croatie ou la Russie -, les sujets de Sa Majesté ne vont pas tarder à fantasmer. Si ce n'est pas déjà le cas.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

live
FootballCoupe du monde 2018: revivez avec nous la journée du 3 juilletCoupe du monde 2018: revivez avec nous la journée du 3 juillet

DécaléCoupe du monde 2018: ça ne s'est pas passé sur le terrain, mais on vous le dit quand mêmeCoupe du monde 2018: ça ne s'est pas passé sur le terrain, mais on vous le dit quand même

FootballCoupe du monde 2018: l'équipe de Suisse échoue encore une foisCoupe du monde 2018: l'équipe de Suisse échoue encore une fois

FootballCoupe du monde 2018: Suisse - Suède, l'avant match en chiffresCoupe du monde 2018: Suisse - Suède, l'avant match en chiffres

FootballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète footballCoupe du monde 2018: ça ne tourne pas toujours rond sur la planète football

Top