Donald Trump nomme ministre du logement Ben Carson, orateur recherché des ultra-conservateurs

Ben Carson a été promu lundi ministre du logement et du développement urbain par Donald Trump. Comme ce dernier, Carson n'a jamais exercé de mandat politique. Ce qui ne l'a pas empêché de briguer l'investiture républicaine lors de la primaire.
05 déc. 2016, 13:36
/ Màj. le 05 déc. 2016 à 14:06
Ben Carson cultive le "politiquement incorrect" et scandalise beaucoup à gauche par des déclarations provocatrices sur l'homosexualité, l'esclavage, l'Holocauste et les armes notamment.

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a nommé lundi Benjamin Carson a été nommé lundi ministre du logement et du développement urbain. Ce chirurgien noir à la retraite, de confession évangélique, avait brigué l'investiture républicaine lors de la primaire.

"Ben Carson est un esprit brillant, passionné par le travail de cohésion entre les communautés et les familles qui les composent", a déclaré M. Trump dans un communiqué. "Nous avons longuement parlé de mon programme de renouveau urbain et de renaissance économique notamment de nos quartiers en difficulté", a-t-il ajouté.

Rêve américain

"J'ai grandi dans les quartiers", avait confié cet éminent chirurgien sur Fox News le mois dernier. "J'y ai passé beaucoup de temps et j'y ai soigné de nombreux patients".

Ben Carson, 65 ans, est le premier noir américain à entrer dans l'administration de Donald Trump. Comme le milliardaire, il n'a jamais exercé de mandat politique. Il avait jeté l'éponge en mars dans la course à la Maison Blanche dans les primaires républicaines après avoir accompli une percée surprenante dans les sondages.

Son histoire personnelle est une déclinaison idéale du rêve américain. Après avoir grandi dans des quartiers sinistrés de Detroit et de Boston, élevé par une mère analphabète, il tente à 14 ans de poignarder un garçon. Contraint par sa mère à l'assiduité scolaire, Ben Carson finit par suivre des études de médecine et devenir un neurochirurgien réputé.

Caution chrétienne de Trump

Aujourd'hui, il est un orateur très recherché des ultra-conservateurs. Sur scène, il arbore un fin sourire, son débit est doux, ponctué d'anecdotes, plaisanteries, et extraits de la Bible. Toujours, il promeut la compassion et en revient à la responsabilité individuelle, une valeur qui l'amène à dénoncer l'Etat-Providence, qui maintient selon lui à dessein les gens dans la pauvreté.

Malgré ses manières d'église, le docteur Ben Carson cultive le "politiquement incorrect" et scandalise beaucoup à gauche par des déclarations provocatrices sur l'homosexualité, l'esclavage, l'Holocauste, les armes, la compatibilité de l'islam avec la Constitution américaine...

Cité un temps pour l'Education, il avait affirmé que les pyramides d'Egypte avaient été bâties par Joseph, le personnage biblique, pour stocker des céréales, et non pour servir de sépulture aux pharaons.

En 2013, il a aussi dit vouloir "rééduquer les femmes" sur l'avortement. C'est là aussi qu'il prononce une phrase qu'on lui reproche encore, à propos de la réforme du système de santé de Barack Obama: "Obamacare est vraiment, je pense, la pire chose qui soit arrivée à ce pays depuis l'esclavage. Et c'est, d'une certaine façon, de l'esclavage, car cela nous asservit tous à l'Etat".

Il a beaucoup de succès auprès du traditionnel électorat évangélique, où il devance le pas-très-pieux Donald Trump. Celui-ci a d'ailleurs répliqué en se demandant ce qu'était cette église des adventistes du septième jour, dont les Carson sont des fidèles.