Présidentielle américaine: Barack Obama demande aux Américains de "rejeter la peur et choisir l'espoir"

Lundi soir, lors d'un important meeting à Philadelphie, Barack Obama a une nouvelle fois apporté son soutien à la candidate démocrate Hillary Clinton. "Je parie que demain vous allez rejeter la peur et choisir l'espoir", a-t-il lancé à la foule, dénigrant le candidat républicain Donald Trump.
08 nov. 2016, 06:50
/ Màj. le 08 nov. 2016 à 07:03
Le président Barack Obama n'a pas hésité à soutenir une nouvelle fois Hillary Clinton à Philadelphie.

Le président Barack Obama a apporté son soutien à Hillary Clinton lundi soir lors d'un gigantesque rassemblement à Philadelphie. Il a souhaité voir les électeurs "rejeter la peur et choisir l'espoir" en votant pour la démocrate face à son rival républicain Donald Trump.

"Je parie que l'Amérique va rejeter la politique de ressentiment et de culpabilité. Je parie que demain vous allez rejeter la peur et choisir l'espoir", a lancé le président américain qui s'exprimait après son épouse Michelle Obama, ainsi que Bill et Chelsea Clinton.

 

 

Hillary Clinton a pris la parole à la fin de ce meeting lancé par les chanteurs Jon Bon Jovi et Bruce Springsteen. Lors de ce rassemblement dans l'Etat-clé de Pennsylvanie qui a réuni plus de 40'000 personnes, un record pour un meeting de la démocrate, elle a regretté "le ton violent pris par la campagne".

Elle a repris sa rhétorique pour son avant-dernier meeting de campagne: les Américains ont un "choix clair dans cette élection", ajoutant que son adversaire était "totalement imprévisible".

 

 

Direction la Caroline du Nord

Après des mois d'invectives qui ont exaspéré l'électorat, Hillary Clinton a appelé les électeurs à choisir "entre la division et l'unité, entre une économie qui marche pour tous ou seulement pour ceux qui sont au sommet, entre un leadership fort et stable ou totalement imprévisible et capable de tout mettre en danger".

 

 

Après ce passage en Pennsylvanie, la candidate de 69 ans doit achever son marathon électoral en Caroline du Nord, un autre Etat-clé, où son meeting doit débuter par un concert de la chanteuse Lady Gaga.