Euro 2016: le faramineux marché noir des billets

L'Euro est une bonne occasion pour certains de s'en mettre plein les poches. Grâce à la revente de billets, une pratique illégale, les vendeurs peuvent gagner des milliers de francs.
06 juil. 2016, 15:47
/ Màj. le 06 juil. 2016 à 16:49
Les billets ont rapidement trouvé preneur pour l'Euro 2016.

C'est devenu monnaie courante. À chaque compétition sportive de grande ampleur, des individus achètent des billets avant de les revendre plus chers sur la Toile. De 65 euros au prix d'achat, certains tickets ont atteint la somme de 2000 euros sur des sites d'annonce en ligne.

Même si l'UEFA, dans son règlement, interdit "toute revente ou tout transfert de Billets", les fraudeurs ne cessent pas leurs activités. Dans les annonces, plutôt que d'énoncer expressément la revente de billets, les fraudeurs ont trouvé une technique bien plus subtile.

L'annonce entend, en apparence, vendre un album Panini complet. Or, lorsque l'annonce est observée dans le détail, il est possible de lire : "Ils [les albums] sont complets notamment pour les équipes présentes pour la demi-finale au Vélodrome (France Allemagne)".

Cette phrase constitue un indice de poids pour dénicher un marché noir. Les annonces se multiplient de la sorte sur le web : vend "4 timbres", "4 montres", "4 bureaux". Toutes dans le but de revendre des billets de match.

Récemment, le site MYTF1News mettait en lumière les risques pour les vendeurs de billets. En France, où la pratique est largement répandue, un revendeur risque jusqu'à 15 000 euros d'amende, 30 000 en cas de récidive.

 

Qu'en est-il en Suisse ? Le site Ricardo.ch supprime systématiquement ce type d'annonces, d'après 20 minutes, mais il est bien seul. Sur d'autres plateformes (eBay, petitesannonces.ch ou Viagogo), il est possible d'acheter des billets pour les matchs du championnat d'Europe. En toute simplicité.

par Mathieu Roduit