Euro 2016: le Portugal part légèrement favori contre les Gallois

Le Portugal et le Pays de Galles s'affronteront pour la première fois de leur histoire lors de la demi-finale de l'Euro 2016. Si les Portugais partent favoris, les Gallois peuvent s'appuyer sur un collectif redoutable.
06 juil. 2016, 15:10
/ Màj. le 06 juil. 2016 à 15:14
Cristiano Ronaldo sera au centre de toutes les attentions côté Portugal.

Le Portugal et le Pays de Galles se souviendront probablement longtemps du premier match officiel de l'histoire qui les opposera, mercredi à Décines-Charpieu, en demi-finale de l'Euro 2016. Une rencontre que la Seleção, malgré ce que l'on pense d'elle, abordera légèrement favorite.

Reste toutefois à savoir quel projet l'emportera: le minimalisme froid reposant sur une impressionnante solidité, marque de fabrique de la sélection de Fernando Santos, ou alors l'euphorie collective des Dragons de Chris Coleman. "Nous sommes prêts, il ne reste plus qu'un match avant la finale !", a scandé avec force le défenseur Jose Fonte.

Individuellement, les Gallois accusent un déficit de talent, surtout qu'ils seront privés d'Aaron Ramsey (suspendu) et devront donc s'en remettre à Gareth Bale, tout en espérant que Joe Allen continue d'être meilleur que jamais.

"Si on parle de la force de cette équipe en ce moment, c'est justement parce que nous sommes vingt-trois, martèle le capitaine Ashley Williams. Nous savons que tous nos joueurs peuvent le faire."

 

Les compositions probables pour Portugal - Pays de Galles.

 

Le duel entre les deux stars du Real Madrid, Bale et Cristiano Ronaldo, sera bien évidemment au coeur de l'attention. Encore plus quand on se souvient que les deux hommes entretiennent des relations parfois tumultueuses dans leur club. "Mais aucun des deux ne jouera pour le Ballon d'Or, ils joueront pour aller en finale", précise Fernando Santos.

 

Ronaldo s'amuse à l'entraînement des Portugais.

 

Alors qu'on accuse parfois Ronaldo de desservir le Portugal par son attitude, le comportement de Bale est loué par tous. Dans son sillage, ce sont tous les Gallois qui ont réussi à hausser leur niveau, d'habitude assez moyen.