Ellen Sprunger: sept fois, c'est l'heure

La Ginginoise entre en piste ce vendredi pour l'heptathlon. Frissons garantis dans le stade olympique.
06 août 2015, 10:43
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Ellen Sprunger se dit prête à attaquer les JO.

It's time! Elle attendait cela avec impatience, son tour est désormais arrivé. Après les émotions intenses vécues lors de la céré monie d'ouverture il y a sept jours - elle avait le sourire jusqu'aux oreilles durant toute la soirée -, Ellen Sprunger fait son entrée en piste ce vendredi aux Jeux. La Suissesse s'apprête donc à connaître le grand frisson. Cela ne fait pas Londres d'un doute.

A 10h, heure anglaise, la Ginginoise de 26 ans - elle les fêtera ce dimanche - va entrer au coeur de ces JO, dans le stade olympique. Pour la jeune femme, c'est enfin le jour J. Et plutôt sept fois qu'une, puisque cette première journée d'athlétisme s'ouvre avec l'heptathlon, sa discipline de prédilection. Elle sera ainsi la première athlète helvétique en lice. " C'est un honneur. J'espère pouvoir bien lancer ces JO pour l'athlétisme suisse et inspirer mes compatriotes , a lâché Ellen Sprunger, jeudi en conférence de presse. J'ai vraiment hâte que cela commence. La météo devrait par ailleurs être bonne pour la première journée, c'est important ."

Mettre tout en place

Pour ses premières Olympiades, la Ginginoise va concourir avec un objectif très clair: " Je souhaite battre mon record personnel (ndlr: 6124 points)", a-t-elle répété. Pour cela, il faut que tout soit parfaitement en place dans les sept épreuves ." Durant

la semaine passée au village olympique, Ellen Sprunger en a profité pour prendre ses marques. Respirer l'air olympique, et s'en inspirer. Focalisée sur sa compétition, la Vaudoise a surtout mis l'accent sur la préparation, effectuant les entraînements nécessaires pour se présenter dans les meilleures conditions ce ven dredi. " La forme est là ", s'est félicité la grande soeur de Lea.

Depuis son arrivée à Londres, la Ginginoise n'a toutefois procédé à aucune révolution de palais.

" On ne peut pas s'attarder sur chaque discipline, mais on règle les détails sur certaines d'entre elles. Je me concentre tout d'abord sur l'aspect technique du 100 m haies. C'est la première épreuve, celle qui te permet de voir si la confiance est là. " Le travail de musculation et d'explosivité a rythmé ses journées.

"Je contrôle aussi mon élan pour la hauteur et travaille le poids, discipline dans laquelle je suis inconstante ."

Une ambiance de feu

Au menu de cette première journée d'heptathlon, la Ginginoise concourra sur 100 m haies (11h05, heure suisse), avant de passer à la hauteur (12h15), au poids (20h) et au 200 m (21h45). Samedi, elle finira son concours à la longueur (11h05), au javelot (12h40 ou 13h55) avant de le conclure par le 800 m (21h35). Figurant en 28 e position sur les 39 concurrentes inscrites, elle ne se mêlera pas à la lutte pour une médaille. Mais l'important est ailleurs.

Dans ce stade olympique pou vant contenir 80 000 person nes, et avec une Britannique comme grande favorite de l'épreuve (lire encadré), la dose de sensations fortes est déjà garantie. " Avec Jessica Ennis, l'ambiance promet d'être grandiose ", se réjouissait-elle, tout feu tout flamme, avant de s'envoler pour la capitale britannique. Ellen Sprunger est prête. Ne manque plus qu'à assembler les sept pièces du puzzle, comme elle aime à le dire, pour que le tableau soit parfait. Et plaisant. Of course!