JO 2014: le super-G hommes débutera à 7 heures dimanche matin

En raison de la chaleur qui règne à Sotchi, les organisateurs du super-G masculin ont décidé d'avancer la course d'une heure dimanche matin. Le coup d'envoi sera ainsi donné à 7 heures. Vous pourrez vivre cette course en direct sur nos site et application mobile.
07 août 2015, 13:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'équipe de Suisse (ici Didier Défago) masculine abattra certainement sa meilleure carte des Jeux ce dimanche à Sotchi dans le super-G avancé à 7 heures du matin.

Pour éviter que la chaleur ne dégrade trop rapidement la piste, le super-G messieurs des JO de Sotchi a été avancé d'une heure dimanche matin. Le départ sera donné à 7h (heure suisse), contre 8h selon le programme initial.

L'équipe de Suisse masculine abattra certainement sa meilleure carte des Jeux ce dimanche à Sotchidans cette course. Libérée après le titre surprise de Sandro Viletta vendredi en super-combiné, elle a les moyens de glaner une deuxième médaille avec son trio Didier Défago/Carlo Janka/Patrick Küng.

Le statut de grand favori n'échappe toutefois pas à Aksel Lund Svindal, champion olympique en titre et grand dominateur du super-G depuis plusieurs hivers. Lors de ses huit dernières sorties dans la discipline, le Norvégien n'a ainsi été battu que trois fois. Par l'Américain Ted Ligety aux Mondiaux 2013, mais aussi à deux reprises cet hiver en Coupe du monde par... deux Suisses.

Patrick Küng avait été le premier à frapper, s'imposant à Beaver Creek (EU) début décembre. Puis, il y a trois semaines, c'est Didier Défago qui raflait le dernier super-G en date à Kitzbühel (Aut). Autant dire que les deux hommes seront à surveiller de près dimanche, d'autant plus qu'ils voudront prendre leur revanche de la descente olympique.

Affecté par des problèmes intestinaux, Küng n'avait pas pu vraiment défendre ses chances dimanche dernier, terminant à un 15e rang bien éloigné de ses attentes. Le Glaronais est toutefois rétabli et bien décidé à saisir cette seconde chance.

Lui aussi en retrait en descente (14e), Didier Défago retrouve avec le super-G une discipline qui lui convient mieux cette saison. Après son échec en descente, il s'est également replacé dans l'ombre des favoris, là où il est justement le plus dangereux.

Imiter Cuche et Hoffmann

Carlo Janka sera le troisième atout suisse pour dimanche. S'il ne s'était pas emmêlé les bâtons à la poussée puis fait surprendre par un saut lors de la descente, le Grison aurait sans doute déjà une médaille autour du cou. Et cela sera donc aussi dans la peau du revanchard qu'il va attaquer ce super-G.

En revanche et sauf sensation, il ne faudra pas attendre à des merveilles du quatrième Suisse en lice, Beat Feuz. En délicatesse avec une cheville et en net manque de compétition, le Bernois n'évolue pas à son meilleur niveau durant cette quinzaine olympique.

A noter finalement que les Suisses ont décroché deux médailles en super-G aux Jeux depuis son introduction en 1988. Le premier avait été Didier Cuche, dauphin de l'Autrichien Hermann Maier en 1998 à Nagano. Et en 2006 à Turin, c'est Ambrosi Hoffmann qui s'était classé au 3e rang derrière ce même Maier et le Norvégien Kjetil André Aamodt, recordman de victoires en super-G aux JO avec ses trois titres.