Réservé aux abonnés

Les arboriculteurs ne mettent pas toutes les pommes dans le même panier

A croquer, en jus ou en raisinée, la pomme est une valeur sûre dans la région. Encore faut-il la valoriser. Tour d’horizon des options qui s’offrent aux producteurs.
17 juin 2021, 18:30 / Màj. le 17 juin 2021 à 18:30
Laurence Jobin avoue ne pas constater de saturation du marché des pommes sur La Côte, ce qui permet de maintenir une bonne solidarité entre arboriculteurs.

«Plus l’amplitude thermique est grande, mieux c’est», annonce Jean-Daniel Heiniger, arboriculteur à Eysins et vice-président de l’Union Fruitière Lémanique. Comprenez dans ses mots que sur les terres de La Côte, l’écart entre la température la plus haute et la plus basse est assez grand pour que les pommes se développent de manière particulièrement goûteuse et colorée.

Avec près de 600 hectares de pommiers et plus de 22 000 tonnes de récoltes par an sur le bas...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois