Le coin des chroniqueurs

C’était hier: le commerce n’a pas d’odeur

chargement

Chronique L’historien Nicolas Quinche revient sur le commerce d’esclaves et sur le mouvement abolitionniste, notamment le Groupe de Coppet.

 28.09.2019, 08:00
Premium
Nicolas Quinche, historien, revient avec une nouvelle chronique.

On sait que les Caraïbes, le Brésil, les Etats-Unis ont activement bénéficié du commerce triangulaire et de la traite négrière à l’époque moderne. Mais ce dont on n’a pris connaissance que très récemment, c’est du rôle exact que des firmes privées et des marchands suisses ont joué dans ce commerce de chair humaine. Il a fallu en effet attendre 2005 pour que la première étude documentée et solide sur le sujet soit publiée aux Editions Antipodes sous la plume de...

À lire aussi...

SexologieLa chronique sexo d’Anne Devaux: peut-on apprendre à bien faire l’amour?La chronique sexo d’Anne Devaux: peut-on apprendre à bien faire l’amour?

SexologieLa chronique sexo d’Anne Devaux: handicap physique et sexualitéLa chronique sexo d’Anne Devaux: handicap physique et sexualité

SexologieLa chronique sexo d’Anne Devaux: l’éducation sexuelleLa chronique sexo d’Anne Devaux: l’éducation sexuelle

HistoireC’était hier: voyage au centre de médecine légaleC’était hier: voyage au centre de médecine légale

SexologieLa chronique sexo d’Anne Devaux: 2021, code Kama SutraLa chronique sexo d’Anne Devaux: 2021, code Kama Sutra

Top