Le coin des chroniqueurs
 10.01.2020, 15:55

Pas folle la bête: la traversée du désert

chargement
Michel Gauthier-Clerc, directeur de La Garenne.

Chronique Retrouvez la chronique du directeur du parc animalier de La Garenne.

De nombreuses espèces d’oiseaux de notre région sont actuellement sur le continent africain, au sud du Sahara, pour y passer l’hiver. Selon les espèces, ils reviendront de fin février à fin mai. La raison majeure de ce séjour à longue distance n’est pas le confort thermique, mais le manque de nourriture en hiver sous nos latitudes, en particulier les insectes.

A lire aussi : Le directeur de La Garenne ne veut pas faire de son zoo un Disneyland

De petits passereaux pesant moins de 30 grammes, comme les fauvettes, gobe-mouches ou pouillots… doivent franchir le désert du Sahara à l’automne et au printemps. Du nord au sud, ce désert s’étend sur 1300 à 1900 kilomètres. Pour franchir cette barrière, certains comme le Pouillot siffleur, sont capables de voler d’une traite. Ils volent principalement la nuit, lorsque les températures sont plus basses, et poursuivent leur vol durant le jour suivant. En s’aidant de vents modérés favorables, les passereaux peuvent voler à une vitesse moyenne de 50 km/h et traverser les zones désertiques en une journée et demie. Ils ajustent l’altitude de leur vol en fonction des vents et de la température.

Au-dessus du Sahara, les suivis par radar ont montré que le plus grand nombre volait entre 3500 et 4000 mètres d’altitude à l’automne, et pouvait atteindre 5 000 mètres au printemps. En automne, certains volent en dessous de 1000 mètres d’altitude pour profiter de vents arrières favorables. Ils endurent cependant un air plus chaud et plus sec qui les déshydrate. Ces petits oiseaux migrateurs doivent trouver la meilleure hauteur et trouver l’équilibre entre voler plus vite grâce aux vents et économiser leurs réserves de graisse, tout en évitant la déshydratation.

Beaucoup d’entre eux ne volent que de nuit et effectuent des arrêts dans le désert durant les heures les plus chaudes de la journée pour se mettre à l’ombre, s’abreuver et manger, avant de repartir la nuit suivante. Mais ils doivent pour cela atteindre les rares oasis dispersées dans le Sahara. D’ici quelques semaines, des millions de passereaux vont réaliser cette performance remarquable afin de rejoindre nos régions et de s’y reproduire.

Michel Gauthier-Clerc, directeur de La Garenne


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ChroniquePas folle la bête: effondrement des insectes confirméPas folle la bête: effondrement des insectes confirmé

ChroniquePas folle la bête: des champignons pour la forêtPas folle la bête: des champignons pour la forêt

ChroniquePas folle la bête: valse de papillons de nuitPas folle la bête: valse de papillons de nuit

Top