Santé

Jeûne intermittent: programme et conseils pour s'y mettre sans risque

chargement

santé L'objectif d'un jeûne intermittent? Reposer son système digestif, recharger ses batteries, repartir de zéro. Mode d'emploi.

 22.02.2021, 20:00
l'option intermittente consiste à ne rien manger durant une tranche horaire définie

Pour certains, le mois de février est l'occasion de revoir des habitudes de vie et de réguler l'organisme après les excès des fêtes de fin d’année. C'est dans ce contexte que quelques mangeurs s'essaient au jeûne intermittent. Si son utilité et ses bienfaits restent contestés au sein de la communauté scientifique, l'ascèse culinaire continue de séduire, avec sa version «intermittente» en particulier. «Cela fait partie de l'arsenal thérapeutique du mode de vie sain, au même titre que l'alimentation et l'activité physique», estime Sarah Merran (1), médecin généraliste spécialisée en médecine nutritionnelle et fonctionnelle. Son intérêt ? Mettre le système digestif au repos, avance la médecin, et «permettre à l'organisme de se "recycler", lui réapprendre à déstocker, ce qu'il ne peut pas faire si on lui donne de la nourriture régulièrement». Selon Sarah Merran, le jeûne intermittent permettrait même aux sportifs de haut niveau d'améliorer leurs performances.

Contrairement au jeûne classique, qui sous-entend au minimum trois jours consécutifs sans ingérer de nourriture solide, l'option intermittente consiste à ne rien manger durant une tranche horaire définie. Moins effrayant, moins contraignant. Il en existe plusieurs variantes : jeûner un jour sur deux, un jour par semaine, le «régime 5:2» (cinq jours d'alimentation équilibrée et deux jours de restriction calorique), ou encore le jeûne «nocturne», soit seize heures sans s'alimenter. Cette dernière alternative est la plus accessible (entre le dîner et le petit déjeuner, nous jeûnons déjà en moyenne de huit à dix heures). Comment s'y prendre? Mode d'emploi.  

Un jeûne de seize heures

Cette méthode consiste soit à souper très tôt et à ne plus s'alimenter jusqu'au déjeuner du lendemain, soit à ne pas souper et à reprendre l'alimentation au petit déjeuner. «Il est important de ne pas le vivre comme une frustration, mais de garder à l'esprit l'objectif bien-être. Mieux vaut éviter de se dire "je saute un repas", mais plutôt le voir comme une mise au repos de son système digestif», souligne le Dr Sarah Merran. Celles et ceux pour qui il est impossible de se passer du repas du soir peuvent souper très léger et plutôt végétal, en privilégiant les légumes aux fruits, moins caloriques et plus faciles à digérer.

Si l'on n'ingère rien de solide, il est primordial de s'hydrater en consommant du liquide tout au long du jeûne. Au menu, aucune boisson excitante mais de l'eau, des bouillons, des infusions, «à base de chardon marie pour stimuler son foie par exemple», illustre Sarah Merran. «On peut aussi utiliser le bouillon de cuisson de ses légumes bien lavés et épluchés au préalable. On l'assaisonne d'herbes fraîches aux vertus digestives comme le thym, antiseptiques avec la sauge, ou digestives avec de l'anis», conseille de son côté Éléonore Guérard, spécialiste du jeûne et créatrice des retraites jeûne et détox Sources.

Une à deux fois par semaine

Au petit déjeuner, il faudra bien sûr tirer un trait sur les œufs brouillés à la feta et opter à la place pour une infusion, consigne douloureuse pour certain(e)s. D'où l'intérêt de soigner le moment et de le rendre séduisant. «On peut agrémenter l'infusion de fruits pressés (avec des rondelles d'orange), de petits morceaux de curcuma ou de gingembre, de la sauge ou du romarin», mentionne Éléonore Guérard. Cette dernière recommande de sucrer le tout avec du miel ou du sucre de coco, à l'index glycémique très bas. Lors de la reprise de l'alimentation au dîner, Sarah Merran recommande d'écouter son corps et ses envies, de manger peu si la sensation de faim n'est pas importante et, bien sûr, d'éviter les menus trop lourds, trop gras.

Quid de la régularité du jeûne intermittent ? On peut le pratiquer une à deux fois par semaine, et s'y adonner le week-end si la mise en pratique semble plus simple. On peut également jeûner après quelques jours d'excès. Si certains paniquent à l'idée de ne pas s'alimenter durant seize heures, la médecin Sarah Merran rassure et rappelle que «le corps a des réserves pour tenir en moyenne 40 jours».

Ophélie Ostermann/Le Figaro

(1) Sarah Merran est la coauteure avec Thierry Thomas de Ma bible du jeûne, le guide complet indispensable pour une pratique sans risque (Éd. Leduc.s) à paraître en février, 456 p.

Les contre-indications 

Le jeûne intermittent ne peut être pratiqué par :

  • les personnes diabétiques ou prenant un traitement contre le diabète 
  • celles et ceux sous traitement anticoagulant
  • les patients épileptiques
  • les personnes souffrant de troubles alimentaires ou de troubles psychiques sévères
  • les personnes en état d'intense fatigue

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ConseilsLes sept erreurs à ne pas commettre avec les huiles essentiellesLes sept erreurs à ne pas commettre avec les huiles essentielles

SantéL'hypnose vient de plus en plus en aide aux soins médicauxL'hypnose vient de plus en plus en aide aux soins médicaux

Maux d'hiver«Attraper froid» n’est pas un mythe!«Attraper froid» n’est pas un mythe!

du courageYves Auberson: «Avec Parkinson, on a vite fait de se retrouver devant la télé à ne rien faire»Yves Auberson: «Avec Parkinson, on a vite fait de se retrouver devant la télé à ne rien faire»

Le défi d'Yves Auberson

Rien n’arrête Yves Auberson. Ni la maladie de Parkinson, ni la pandémie de Covid-19. Pour marquer ses 50 ans et les 15...

  23.11.2020 17:00
Premium
  Santé

courageFlavie Capozzi: «Ce défi était un accomplissement personnel, mais aussi une façon d’aider les autres»Flavie Capozzi: «Ce défi était un accomplissement personnel, mais aussi une façon d’aider les autres»

Les défis de Flavie Capozzi

31 heures et 19 minutes. C’est le temps qu’il a fallu à Flavie Capozzi pour traverser, dans la longueur, le lac Léman à...

  22.11.2020 17:00
Premium
  Santé

Top