Réservé aux abonnés

Pesticides: «La satisfaction de produire de manière propre et d’être autonome n’a pas de prix»

Fini les produits chimiques, l’agriculteur jurassien Joan Studer travaille en autonomie avec la nature. Ce qui ne l’empêche pas de s’opposer à un des deux textes soumis au peuple le 13 juin prochain.
28 avr. 2021, 00:01
/ Màj. le 28 avr. 2021 à 06:42
Joan Studer, producteur bio de céréales et de viande, avec une de ses vaches de race Salers.

«Le blé commence à changer de couleur, c’est bon signe.» Joan Studer est soulagé de voir ses céréales reprendre vie après avoir été maltraitées par le gel début avril. L’agriculteur veille davantage sur ses cultures depuis qu’il est passé à un mode de production respectueux de l’environnement à Mont-Lucelle (JU). Pour autant, il ne soutient pas l’une des deux initiatives écologiques soumise à votation le 13 juin.

Le bio, c’est essayer de tr...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an