Santé: le comité «oui aux soins infirmiers» lance sa campagne

Les infirmiers sont épuisés et quittent trop souvent la profession après quelques années seulement, relève le comité «oui à l’initiative sur les soins infirmiers», dont le slogan est «applaudir ne suffit pas».
06 oct. 2021, 10:27
/ Màj. le 06 oct. 2021 à 10:27
Plus de 11'000 postes dans les soins ne sont pas pourvus, dont 6200 concernent les infirmiers. (illustration)

La situation des infirmiers est intenable et doit être améliorée. Le comité en faveur de l’initiative sur les soins infirmiers a lancé mercredi sa campagne placée sous le slogan «applaudir ne suffit pas».

Plus de 11’000 postes dans les soins ne sont pas pourvus, dont 6200 concernent les infirmiers. Il en résulte que les soignants n’ont plus le temps de fournir les soins de manière sûre et humaine. Ils sont épuisés et quittent trop souvent la profession après quelques années seulement, relève le comité «oui à l’initiative sur les soins infirmiers».



Des erreurs se produisent alors qu’elles peuvent être évitées si nous avions assez de temps, souligne Liridona Dirdari, infirmière diplômée et cheffe de service en réadaptation. Cette situation est devenue permanente, critique le comité. Et le Covid-19 a encore augmenté la charge de travail.

La population devient de plus en plus âgée et dépend de soins de qualité, souligne-t-il. Le nombre de personnes de plus de 65 ans va doubler entre 2014 et 2030. Quelque 70’500 soignants supplémentaires seront nécessaires d’ici 2029, dont 43’200 infirmiers, estime le comité. Un tiers d’entre eux sera formé à l’étranger.

Meilleur salaire

Les conditions de travail doivent être améliorées, a expliqué la conseillère aux Etats Marina Carobbio (PS/TI). L’initiative soumise au vote le 28 novembre exige des plannings fiables, des possibilités de développement professionnel et des structures favorables aux familles.

Elle vise également possibilités d’augmentation salariales. La rémunération doit être à la hauteur des exigences et de la charge de travail, argumentent encore les partisans de l’initiative.

La Confédération et les cantons doivent investir dans la formation afin de former davantage de personnel soignant en Suisse. Une meilleure indemnisation augmentera l’attrait pour la formation et la réinsertion professionnelle des femmes dans le domaine des soins.