Christoph Blocher reçoit des centaines de demandes d'aide d'étudiants

L'invitation de Christoph Blocher faite aux étudiants pour qu'ils lui adressent leur demande d'aide dans leur recherche d'échange avec les universités étrangères a été entendu. Des centaines de messages lui seraient parvenus.

07 août 2015, 13:27
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
blocher

Des centaines de messages ont été adressés mercredi à Christoph Blocher via le site lancé par la Jeunesse socialiste vaudoise. La JSV a décidé de prendre le conseiller national UDC au mot quand il a affirmé qu'un étudiant qui connaîtrait des problèmes après le vote du 9 février pouvait lui écrire pour obtenir de l'aide.

En français, anglais, italien ou allemand, les commentaires et les questions ont afflué sur le site www.helpline-blocher.org. En fin d'après-midi, quelque 120 textes étaient lisibles, alors que 400 autres étaient en attente, a expliqué Julien Rilliet, porte-parole de Jeunes socialistes vaudois.

"Nous avons lancé l'idée sur le ton de la plaisanterie, mais le succès est immense, c'est même trop, on n'arrive pas à suivre. On devrait dépasser la barre des 1000 ce soir", se félicite mercredi le responsable.

Cas concrets

Il y a des textes généraux, mais "le plus poignant", ce sont les messages "très concrets: qu'est-ce que je fais avec mes billets d'avion?, avec l'appartement réservé?, qui va financer mon projet de recherches?", estime Julien Rilliet.

En effet, les messages que l'on peut lire sur le site sont le plus souvent très directs. Le ton est plutôt calme et poli avec des problèmes précis qu'il faut résoudre après les décisions de Bruxelles sur Erasmus plus et Horizon 2020.

Chloé voulait partir à Berlin. Son dossier devait être rendu: mais avant le 15 février, il y a le 9 février. Alors Monsieur Blocher, pourriez-vous arranger ma situation ?

Léo demande, lui, au leader de l'UDC de sponsoriser l'échange prévu qui tombe à l'eau. "Merci d'avoir pourri mon avenir", tempête quand même Elodie.

Le site devrait rester ouvert jusqu'à la semaine prochaine. La JSV réfléchira ensuite à ce qu'elle veut faire avec tous ces messages et témoignages.

Blocher n'en connaît pas un

Avant d'appeler mardi les étudiants qui connaîtraient des problèmes à faire appel à son aide, Christoph Blocher avait minimisé le problème, affirmant ne connaître aucun étudiant suisse qui ne pourrait étudier à l'étranger ces deux prochaines années. "Je n'ai trouvé aucun étudiant" dans ce cas, avait-il déclaré sur les ondes de la RTS.