Libre circulation: "La Suisse ne sombrera pas", estime Blocher

Selon Christoph Blocher,la Suisse ne sombrera pas si les négociations sur la libre circulation avec l'UE sont rompues.
07 août 2015, 13:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Sans confirmer un lien avec la NSA, M. Blocher ne l'exclut toutefois pas.

La Suisse ne sombrera pas si les négociations sur la libre circulation avec l'Union européenne sont rompues, assure le stratège de l'UDC Christoph Blocher dans la nouvelle édition du magazine allemand "Spiegel". Berne ne dénoncera aucun des accords bilatéraux.

Les accords bilatéraux comportent des clauses de révision ainsi que des délais de résiliation, rappelle le conseiller national zurichois. Berne va s'y tenir.

Il a été négocié que les accords puissent être modifiés si des difficultés économiques ou sociales se présentent. Comme la libre circulation "s'achemine vers une catastrophe", le peuple suisse a décidé de s'en éloigner.

Le pays compte 23,8% d'étrangers et près de 15% de naturalisés de première génération, souligne M. Blocher. Aucun autre pays européen n'atteint de tels chiffres, selon lui.

"L'UE est une construction erronée"

Le stratège de l'UDC plaide dans l'interview pour l'arrêt de négociations avec Bruxelles au niveau institutionnel. "La Suisse ne conclut pas d'accords coloniaux, pas même avec l'UE. On prêche pour l'autodétermination des peuples. Cela n'est-il plus valable?"

Interrogé pour savoir s'il se sent européen, M. Blocher répond: "Oui, absolument. Mais l'UE est une construction erronée et abstraite, désolé. Elle a dévié très loin du projet pacifique idéaliste de base".