Réservé aux abonnés

Allemagne: attaque au fétichisme de la croissance

Le vice-chancelier allemand Robert Habeck propose d’autres indicateurs que le PIB.
29 janv. 2022, 00:01
/ Màj. le 29 janv. 2022 à 09:36
Dans son rapport, Robert Habeck a listé trente-trois indicateurs attestant du bien-être d’un pays: du niveau d’éducation à l’état des finances publiques en passant par l’écart de rémunération entre hommes et femmes et le niveau de pollution des rivières par les nitrates.

L’économie allemande devrait croître de 3,6% cette année, moins que les prévisions présentées à l’automne, à cause de la persistance de la crise sanitaire et des difficultés d’approvisionnement de l’industrie. Le taux d’inflation est attendu à 3,3% et le chômage à 5,1%, en recul de 0,6 point.

Mais en vérité, les chiffres du PIB n’intéressent guère le nouveau ministre (écologique) de l’Economie et du Climat, Robert Habeck. Lors de la pr&ea...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois