Climat morose pour la semaine de la mode qui s'ouvre mercredi à Milan

La semaine de la mode féminine automne-hiver 2012 débute mercredi à Milan dans un climat morose.
05 août 2015, 15:44
mode

Le "Made in Italy" se prépare à affronter une nouvelle année difficile après la légère reprise de 2011.

L'effervescence est palpable au sein des maisons, alors que les acheteurs du monde entier s'apprêtent à investir Milan. De cette semaine cruciale, du 22 au 28 février, où seront présentées les collections de prêt-à-porter pour l'hiver prochain dépendront en bonne partie les ventes de la saison, mais la partie est loin d'être gagnée.

"La situation est dramatique", confie le manager d'une grande griffe. "Le marché italien est un désastre, tout comme la marché français. Personne ne consomme! En Europe, il y a une vraie crise", renchérit le directeur-général d'une autre maison milanaise, qui reconnaît avoir compensé en partie ses pertes en Europe "grâce à l'Asie, la Russie et les Etats-Unis".

La situation n'est pas brillante, mais elle n'est pas aussi catastrophique qu'il y a deux ans, nuance le président de la Chambre de la mode italienne Mario Boselli: "En 2008, la mode italienne avait enregistré un recul de 4% et en 2009 une chute record de 15%. Cela ne se répétera pas".

Légère reprise

"En 2011, le chiffre d'affaires devrait enregistrer une hausse de 5,5%, sans compter que le secteur s'est transformé: les entreprises se sont restructurées. Aujourd'hui, elles sont plus flexibles et solides", souligne-t-il.

Après une légère reprise, la conjoncture s'est détériorée en octobre dans le sillage de la crise de la dette souveraine, accompagnée d'une chute de confiance de la part des consommateurs, souligne la Chambre de la mode dans son dernier rapport prévisionnel.

A cela s'ajoutent les mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de Mario Monti en décembre, qui auront un impact négatif sur les revenus disponibles des ménages italiens: "Cette diminution de leurs revenus comportera cette année une réduction de 1,5% à 2,5% des achats vestimentaires", indique le rapport.

"Le chiffre d'affaires de la mode devrait donc reculer de 5,2% en 2012 pour s'établir à environ 60,2 milliards d'euros, ce qui est physiologiquement encore acceptable. Le problème crucial reste en revanche la difficulté pour nos PME d'accéder au crédit", poursuit Mario Boselli.

Des inconnues

"L'année 2012 sera complexe et pleine d'inconnues, alors que 2011 a été globalement positif", confirme de son côté Silvio Albini, le président du Salon international du textile "Milano Unica", qui a déjà perçu "des premiers signes de ralentissement" dans les commandes passées auprès des tisseurs italiens.

Septante-deux défilés sont programmés cette semaine sur les podiums milanais. Gucci ouvrira le bal mercredi, suivi par Prada le lendemain, Versace, Dolce&Gabbana, Armani, Cavalli s'égrenant les jours suivants.