Entreprises fédérales: La Poste, Swisscom et les CFF atteignent leurs objectifs financiers

Alors que La Poste et Swisscom ont facilement atteint les objectifs fixés par le Conseil fédéral, les CFF continuent d'être dans une situation financière difficile.
22 mars 2017, 15:48
Le géant jaune a réalisé un bénéfice en baisse de 87 millions, à 558 millions de francs, notamment à cause du recul des volumes d'envoi. (illustration)

La situation financière des CFF reste un défi. L'entreprise ferroviaire a globalement atteint les objectifs que le Conseil fédéral avait fixés aux ex-régies fédérales en 2016. La Poste et Swisscom les ont réalisés, tandis que Ruag les a majoritairement atteints.

Malgré une augmentation du bénéfice à 381 millions de francs (246 millions en 2015), les CFF continuent d'être dans une situation financière difficile, estime le Conseil fédéral mercredi dans un rapport.

En hausse de 543 millions de francs, l'endettement net a atteint 8,8 milliards, notamment à cause de la stabilisation de la caisse de pensions. Le Conseil fédéral attend de l'entreprise ferroviaire qu'elle limite l'endettement net.

Recul des envois postaux

Du côté de la Poste, le service universel (services postaux et de paiement) a été fourni à des prix équitables et avec la qualité requise. Le géant jaune a réalisé un bénéfice en baisse de 87 millions, à 558 millions de francs, notamment à cause du recul des volumes d'envoi. Les ventes en ligne ont, à l'inverse, provoqué une augmentation de 5,7% des colis transportés.

Face au marché des services de télécommunication de plus en plus saturé, Swisscom a enregistré un recul des chiffres d'affaires et des résultats dans le secteur de l'activité de base en Suisse. Grâce au contrôle des coûts et à la croissance dans d'autres secteurs, l'entreprise a toutefois pu compenser cette baisse, permettant au chiffre d'affaires net de rester pratiquement stable.

Remédier aux cyberattaques

Quant à Ruag, les objectifs financiers ont été dépassés. Le chiffre d'affaires net de 1858 millions de francs est bien supérieur à celui de 2015 (1744 millions). Le bénéfice est resté pratiquement inchangé. Les dépenses liées à la recherche et au développement ont augmenté de 17%, à 171 millions de francs (9% du chiffre d'affaires net). Le groupe a également pris des mesures face à la cyberattaque dont il a été victime en 2014.