Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La cohabitation entre les chauves-souris et les éoliennes est possible, selon des chercheurs suisses

Les éoliennes font des dégâts parmi les populations de chauves-souris. Mais des chercheurs suisses semblent avoir trouvé une solution pour faire baisser la mortalité de ces petits mammifères. Il suffirait de ne pas faire tourner les pales lorsque le vent souffle à moins de 5,4 mètres par seconde.

21 mars 2018, 19:00
La plupart des collisions peuvent être évitées si on interrompt l'exploitation lorsque le vent souffle à moins de 5 mètres par seconde (illustration).

Des chercheurs suisses suggèrent dans la revue PLoS ONE de renoncer à exploiter les éoliennes lorsque la vitesse du vent est inférieure à 5,4 m/s. On éviterait ainsi 95% des risques de collision de chauves-souris avec les pales, avec une perte de production minime.

La production d’électricité d’origine éolienne vit un boom sans précédent. Cela n'est pas sans danger pour les oiseaux et les chauves-souris, qui peuvent entrer en collision avec les pales des éoliennes, dont la vitesse à l’extrémité peut dépasser les 300 km/h.

 

 

Un groupe de recherche de l’Institut d’écologie et évolution de l’Université de Berne, avec la participation de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), est parvenu à reconstituer les profils verticaux de vol des chauves-souris en fonction de la vitesse du vent.

Pour ce faire, les scientifiques ont disposé des détecteurs d’ultrasons le long de câbles tendus entre le sol et le sommet d’une grue télescopique, jusqu’à 65 m de hauteur.

En extrapolant aux altitudes supérieures les profils de vol ainsi obtenus, ils démontrent, premièrement, que seules quelques rares espèces de chauves-souris sont actives – en temps normal (pas de vent ou vent faible) – aux altitudes balayées par les pales (50-150 m). Deuxièmement, ils ont observé que la plupart des espèces évitent de voler si haut lorsque la vitesse du vent dépasse les 5,4 m/s.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias