Réservé aux abonnés

La Suisse défend sa stratégie contre l'échange automatique d'informations

07 août 2015, 11:13
data_art_6962251.jpg

La pression sur le secret bancaire en Suisse s'accroît et le standard international en matière d'échange automatique d'informations semble de plus en plus inéluctable. Au lendemain du revirement du Luxembourg, Berne défend plus que jamais sa stratégie de l'argent propre. La Suisse ne pourra résister à une mise en conformité au standard international en matière d'échange automatique d'informations, a estimé le professeur Luc Thévenoz hier sur les ondes de la RTS.

D'après lui, le processus devrait prendre moins d'une année. Mais ce n'est pas la fin du secret bancaire: seule sa dimension fiscal...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois