Marché de la bière plombé par les mesures anti-Covid et la météo

Les Helvètes et leurs hôtes ont consommé quelque 100 millions de pressions de moins d’octobre 2020 à septembre 2021 par rapport à 2018/19. En cause une météo peu clémente et les restrictions sanitaires.
23 nov. 2021, 12:54
/ Màj. il y a 8 jours
L'érosion du marché concerne tant la production indigène que les bières importées (illustration).

L’année brassicole 2020/21 restera à marquer d’une pierre noire pour la profession en Suisse. L’érosion des ventes amorcée un an plus tôt s’est accentuée, en raison essentiellement des restrictions mises en place pour endiguer la pandémie de coronavirus et une météo particulièrement défavorable pendant l’été.

D’octobre à fin septembre, 4,41 millions d’hectolitres ont été écoulés sur le marché helvétique, soit 4,9% de moins qu’un an plus tôt, ce qui correspond à plus de 68 millions de «pressions», et même 100 millions en moins par rapport à 2018/19, signale l’Association suisse des brasseries (ASB) mardi dans un communiqué.

Après 18 mois de crise, nombre de brasseurs ont épuisé leurs réserves.
Marcel Kreber, patron de l’ASB

Pendant l’année sous revue, la part des ventes réalisées dans la restauration a été rabotée à 24%, contre 30% en 2019/20, au profit du commerce de détail. Cette évolution est à mettre sur le compte des mesures anti-Covid mises en place par le gouvernement dès octobre 2020, explique l’ASB.

Pour faire bonne mesure, les conditions météorologiques ont été particulièrement défavorables. La faîtière souligne que la Suisse a connu en 2021 le printemps le plus froid des 30 dernières années, et qu’en raison des intempéries de juin et juillet, nombre d’occasions propices à la consommation sont littéralement «tombées à l’eau».

Les perspectives pour le millésime 2021/22 ne sont guère meilleures. Un nouveau confinement sonnerait le glas de nombre de brasseries, prévient l’ASB.