Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Pression du Secrétariat d'Etat à l'économie sur la Colombie

Berne tente de freiner le remplacement du Glivec produit par Novartis. Les autorités colombiennes pourraient le remplacer par un générique.

08 sept. 2015, 17:00
data_art_9383036.jpg

La Suisse tente de dissuader le gouvernement colombien de déclarer d'intérêt public le Glivec, médicament phare anticancer de Novartis. Cette mesure faciliterait l'accès à des génériques bien moins coûteux dans ce pays d'Amérique latine. Des organisations suisses, européennes et colombiennes demandent aux autorités helvétiques de cesser les pressions politiques.

Sous l'égide de la Déclaration de Berne (DB), elles ont envoyé mardi une lettre ouverte en ce sens au Conseil fédéral. Elles demandent à la Suisse de "respecter ses engagements en tant que signataire de l'OMC et laisser le gouvernement colombien décider en toute souveraineté des mesures de santé publique à prendre en fonction des besoins de sa population" .

D'ici peu, le ministère colombien de la Santé doit prendre une décision qui avantagera soit des patients colombiens atteints de cancers, soit le géant pharmaceutique Novartis. A la demande de plusieurs organisations de la société civile colombienne, le ministère pourrait déclarer...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias