Réservé aux abonnés

Quand l’or russe fait des escales avant d’arriver en Suisse

Deux jours après l’interdiction fédérale d’importer de l’or russe dans le pays, les entreprises du secteur réaffirment leur volonté de coopération. Mais des lacunes existent sur la traçabilité des importations indirectes.
05 août 2022, 18:30
Basé à Marin, Metalor, l'un des leaders mondiaux du traitement des métaux précieux, a réaffirmé ces dernières mois son engagement à ne pas travailler avec de l'or russe. (Image d'archive)

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois