Faut-il avoir les mêmes principes éducatifs entre parents et grands-parents?

Quand on confie ses enfants à leurs grands-parents, faut-il attendre d'eux qu'ils respectent à la lettre nos consignes et règles d'éducation?
09 juin 2022, 08:00
Selon une enquête Ifop avec «Notre Temps», 77% des grands-parents accueillent leurs petits-enfants pendant les vacances... mais seuls 15 % s'astreignent à appliquer le plus possible les règles transmises par les parents!

Les grands-parents ne résident plus systématiquement à proximité de leurs enfants, mais un grand nombre d'entre eux sont tout de même très présents auprès de leurs petits-enfants: dans une enquête menée par l'Ifop en mars 2021 avec «Notre Temps», ils étaient 77% à accueillir la jeune génération pendant les vacances scolaires, et le reste de l'année 55 % à les garder au moins une heure par semaine. Des périodes pendant lesquelles l'affection peut se déployer à loisir entre anciens et plus jeunes, mais où peuvent aussi survenir des tensions éducatives entre parents et grands-parents pas toujours d'accord sur les règles à imposer à leur descendance...

Publicité
L’envie d’apprendre pour la vie !
L’envie d’apprendre pour la vie !

Un environnement bilingue par immersion en français et en anglais.

Création de site web
Création de site web

Votre nouveau site à votre image et performant, à tarif avantageux. Contactez-nous!


Les modèles parentaux et le temps

Rien que de très banal aux yeux du Dr Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre à l'Institut Paoli-Calmettes - Centre de Lutte contre le Cancer à Marseille, et auteur de plusieurs ouvrages. «Le monde a changé pendant les trente années qui séparent la naissance des parents de celles de leurs enfants, relève le pédopsychiatre. Les modèles éducatifs grand-parental et parental ne peuvent pas, par nature, être les mêmes puisqu'ils sont chacun marqués par la culture de leur temps. Donc, il existe forcément des désaccords mineurs entre les deux générations au sujet des horaires, de l'habillement ou encore de la place à accorder aux écrans. Reste les invariants qui traversent les cultures et les temporalités, à savoir l'attention, la bienveillance et le soin que parents et grands-parents prodiguent aux enfants. »

 Transgresser parfois les consignes données par les parents n'a pas grande importance, du moment que les petits-enfants ne sont pas mis en danger. Ces petits secrets entretiennent la complicité entre les deux générations.
 Geneviève Djénati, psychologue clinicienne.

 Est-il, de toute façon, possible et souhaitable que les grands-parents agissent exactement selon les mêmes principes que les parent ? Dans l'enquête Ifop, ils ne sont que 15 % à appliquer le plus possible les règles transmises par les parents, même si elles sont très strictes. Autant dire une large minorité. «Ils sont en général très heureux de recevoir leurs petits-enfants mais s'ils ont trop en tête les demandes parentales, cela devient vite épuisant pour eux, fait remarquer Geneviève Djénati, psychologue clinicienne. 

D'autant que les grands-parents ne sont pas forcément d'accord entre eux. Transgresser parfois les consignes données par les parents n'a pas grande importance, du moment que les petits-enfants ne sont pas mis en danger. Il ne s'agit évidemment pas de les envoyer chercher le pain s'ils n'ont pas appris à traverser une route. Ces petits secrets entretiennent la complicité entre les deux générations. 

«Ils tissent entre grands-parents et petits-enfants un « filet narratif», selon l'expression de Patrick Ben Soussan. En grandissant, ces derniers se remémoreront avec nostalgie les dessins animés regardés en pyjama au saut du lit ou la pile de crêpes qui tenait parfois lieu de dîner. «Ce n'est pas parce que les enfants vont regarder un peu plus la télé chez papy et mamie que les habitudes vont changer à la maison, fait remarquer Patrick Ben Soussan. C'est intéressant qu'ils découvrent d'autres manières de faire et d'être que celles de leurs parents.» 

Ne pas être trop curieux

Geneviève Djénati déconseille même aux parents de se montrer trop curieux à l'égard des séjours chez les grands-parents. «On peut demander aux enfants s'ils sont contents de leurs vacances, mais pas les interroger sur des points précis dans le seul but de dénicher une faille aux consignes», précise la psychologue.

Reste les attitudes qui s'opposent véritablement aux valeurs éducatives des parents et qu'il ne faut pas hésiter à évoquer, quitte à provoquer des conflits, voire des brouilles. « Il existe quand même des points sur lesquels les pères et mères ont le droit d'être inflexibles, fait remarquer Patrick Ben Soussan. Des grands-parents peuvent par exemple vouloir inculquer des valeurs religieuses à leurs petits-enfants. Les parents ont le droit d'exiger que ce soit transmis comme un modèle parmi d'autres, mais pas comme une vérité inattaquable s'ils n'y adhèrent pas eux-mêmes.»

 Le rapport à mes petits-enfants et à leur mode de vie, différent de celui que j'ai transmis à mes enfants, m'a beaucoup appris, confesse Patrick Ben Soussan. En tant que grand-parent, on découvre qu'il est possible de faire bien l'éducation des enfants de diverses manières. 
Dr Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre.

 À qui revient alors la délicate tâche de mettre les éventuelles divergences sur la table? «Il est préférable que ce soit l'enfant des grands-parents concernés, préconise Geneviève Djénati. Mais il doit s'exprimer au nom du couple : “Nous ne souhaitons pas que…” Sinon, les grands-parents risquent de fantasmer une attaque de l'homme ou de la femme avec qui leur fille ou leur fils partage sa vie.» 

Ces discussions et ajustements peuvent être riches d'enseignements pour les grands-parents aussi, à condition évidemment qu'ils ne les considèrent pas comme des attaques personnelles. «Le rapport à mes petits-enfants et à leur mode de vie, différent de celui que j'ai transmis à mes enfants, m'a beaucoup appris, confesse Patrick Ben Soussan. En tant que grand-parent, on découvre qu'il est possible de faire bien l'éducation des enfants de diverses manières. Et cela permet, par ricochet, un meilleur accordage avec ses propres enfants.»


Par Christine Lamiable/ Le Figaro