Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Euro 2012: Les Pays-Bas surpris d'entrée

Vice-Champions du monde, les Pays-Bas risquent bien de rester sur le quai à l'Euro 2012. La défaite 1-0 concédée devant le Danemark à Kharkiv les place dans une situation bien précaire.

09 juin 2012, 20:16
Michael Krohn-Dehli vient de marquer le seul but de la rencontre, celui qui permet aux Danois de battre les Pays-Bas.

Perdre ce premier match du groupe le plus relevé du tournoi est  une mésaventure qui pendait au nez des joueurs de Bert van Marwijk. Même en lançant d'entrée de jeu le latéral gauche Jetro Willems qui est devenu avec ses 18 ans et 71 jours le joueur le plus jeune de l'histoire de l'Euro, van Marwijk n'a pas pu s'inscrire en faux  contre un constat presque implacable: son équipe a pris un sacré  coup de vieux. 

Face à des Danois qui ont trouvé l'ouverture par Krohn-Delhi à la 24e minute sur un exploit personnel devant Van Bommel et  Heitinga, les Néerlandais n'ont que très rarement emballé la  rencontre. La plus vive déception est venue de Van Persie. Le meilleur buteur de la Premier League n'a pas justifié sa  réputation. Il fut le plus souvent dominé par le duo formé d'Agger (Liverpool) et de Kjaer (AS Rome).  

Mais van Persie n'endosse pas seul la responsabilité de cette  défaite. Derrière lui, Robben, Affelay et Sneijder ne furent pas  dans un grand jour. Peut-être écrasés par la chaleur de l'été  ukrainien, les trois hommes ont manqué de jus pour forcer la  décision. Une certaine malchance avec ce tir sur le poteau de  Robben (36e) et l'autorité du gardien Stephan Andersen expliquent  également pourquoi ce match a filé entre les mains des Néerlandais.  
Appelé à remplacer le titulaire Thomas Sörensen (Sunderland) blessé au dos lors du match amical contre le Brésil il y a deux  semaines, Andersen fut l'homme du match. Il fut décisif devant  Robben (16e), Van Persie (43e), Van Bommel (51e) et, surtout,  Huntelaar (75e). Personne n'attendait le portier  d'Evian-Thonon-Gaillard à ce niveau. Son manque d'expérience  internationale et sa saison en demi-teinte en L1 ne plaidaient pas  vraiment en faveur de ce gardien de 31 ans.  

Dominé le plus souvent mais parfois capables de belles séquences  dans le camp adverse, le Danemark s'en vient ainsi brouiller les  cartes dans ce groupe de la «mort». Vingt-ans après avoir remporté  le titre en Suède, les Scandinaves peuvent à nouveau rêver avec la  possibilité mercredi de faire un grand pas en avant vers la  qualification s'ils avaient le bonheur de s'imposer devant le  Portugal. 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias