Le groupe Rossel abandonne tout rapprochement avec Hersant Media

Le groupe belge Rossel annonce mercredi l'abandon du projet de rapprochement avec le groupe Hersant Media, après 8 mois de négociations.
27 juin 2012, 15:13

Après huit mois de négociations, le groupe belge Rossel annonce mercredi l'abandon du projet de rapprochement avec le groupe Hersant Media, précisant que les "conditions nécessaires à la faisabilité du plan n'ont pu être réunies". Ce retrait fait suite au rejet du plan par la Filpac-CGT.

Dans un communiqué, le groupe confirme qu'il "se retire du projet de rapprochement des journaux du groupe La Voix du Nord et de ceux de la presse quotidienne régionale métropolitaine du Groupe Hersant Media (GHM)". Il précise qu'il est "obligé de constater que les conditions nécessaires à la faisabilité du plan d'affaires qui le sous-tendaient n'ont pu être réunies".

Rossel prend en effet acte du rejet, par la Filpac-CGT, de "l'accord social préalable dont il avait fait une condition indispensable à sa participation au projet de rapprochement avec GHM et ses banquiers". Un rejet qui s'est exprimé à la fois dans les sociétés du pôle Champagne-Ardennes-Picardie (CAP) qu'à Nice Matin.

Le groupe "regrette d'autant plus ce rejet que celui-ci se base, pour le pôle CAP, sur une position extrême prise par cette seule organisation syndicale, sans tenir compte du fait qu'une majorité des salariés s'était, ces derniers jours, clairement et volontairement exprimée par référendum en faveur du projet".

Le plan de sauvegarde de l'emploi, présenté par la direction du pôle CAP, prévoyait de maintenir environ 400 emplois, ainsi que 20 millions d'euros devant servir à accompagner les départs, à financer les mesures de reclassement ainsi qu'à moderniser l'outil industriel de l'imprimerie de Reims, rappelle Rossel.

Le groupe souligne qu'il "ne peut se permettre d'investir dans un projet quel qu'il soit si, avant même de le démarrer, il constate que les éléments essentiels à sa réussite ne sont pas réunis". Il "reste convaincu que ce projet industriel offrait de réelles perspectives de développement à des entreprises aujourd'hui en difficultés ainsi qu'à leurs salariés, et permettait de conserver au service des zones géographiques couvertes et de leurs habitants, une information indépendante et de qualité, indispensable à toute démocratie". AP