Réservé aux abonnés

Le prix de l’œuvre ne fait pas l’artiste

Artisan minutieux, «Giroscope» préfère vivre avec peu de moyens et vendre ses créations pour des sommes modiques.
06 mars 2017, 23:20
/ Màj. le 07 mars 2017 à 00:01
DATA_ART_10989069

anne devaux

anne.devaux@lacote.ch

Pierre Andrey, jeune homme de 27 ans originaire d’Arzier-Le Muids, a grandi sur La Côte. Sous le nom de «Giroscope», ce personnage hybride et inclassable crée et vend ses sérigraphies. Il ne se souvient plus pourquoi ni comment ce mot est devenu son nom: «Je dis énormément de bêtises et tout n’a pas une signification, ce mot a dû arriver en soirée et je l’ai gardé, je ne sais pas pourquoi mais la sonorité me plaît.» La faute d’orthographe, giroscope au lieu de gyroscope, il la revendique: «Les fautes d’orthographe font partie de moi.» Son but est de tendre vers ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois