Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Affaire Dutroux, 20 ans d’amertume

19 oct. 2016, 00:20
Bilder von Julie und Melissa, zwei der Opfer des belgischen Kinderschaenders Marc Dutroux, werden am 20. Oktober 1996 bei einer Grossdemonstration in Bruessel gezeigt. (KEYSTONE/EPA/BELGA/Morin) BELGIEN AFFAERE DUTROUX WEISSER MARSCH

Un véritable séisme. Le 20 octobre 1996, une Marche blanche rassemblait près de 350 000 personnes dans les rues de Bruxelles – soit un habitant de la Belgique sur 30. Il s’agissait, pour elles, d’honorer la mémoire des très jeunes victimes du «monstre de Charleroi», le pédophile Marc Dutroux. Quatre d’entre elles avaient été retrouvées mortes, deux mois plus tôt: Mélissa Russo, Julie Lejeune, An Marchal et Eefje Lambrecks. Les Belges avaient également voulu manifester leur incompréhension et leur colère vis-à-vis d’évidents dysfonctionnements de l’appareil policier et judiciaire du pays.

Vingt ans plus tard, Gino Russo, le père de Mélissa, âgée de 8 ans au moment de son enlèvement, en juin 1995, se souvient. Il est toujours plein d’amertume.

Quels souvenirs marquants conservez-vous de la Marche blanche?

Les petites avaient été enlevées seize mois auparavant. J’étais complètement épuisé. Cette Marche blanche a eu l’effet d’un produit dopant sur moi. D’autant...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias