Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Alep: la Russie propose une trêve humanitaire hebdomadaire

Alors que l'ONU a annoncé jeudi qu'elle suspendait temporairement son programme humanitaire à Alep, la Russie a proposé une trêve hebdomadaire de 48 heures pour permettre la livraison d'aide à la population. L'ONU salue cette initiative.

19 août 2016, 14:22
Des centaines de milliers de civils sont pris au piège à Alep et subissent d'importantes pénuries, selon l'ONU. (illustration)

La Russie a proposé l'instauration d'une trêve humanitaire hebdomadaire de 48 heures à Alep. La suspension des hostilités devrait permettre la livraison d'aide à la population de cette grande ville du nord de la Syrie, où s'affrontent durement les forces de Damas et les rebelles.

Cette proposition de Moscou concerne aussi bien les quartiers est d'Alep, contrôlés par les rebelles, que les quartiers ouest, tenus par les forces gouvernementales. Elle a été saluée par l'ONU, qui s'est dite prête à se mobiliser.

"Nous sommes prêts à instaurer cette pause humanitaire de 48 heures dès la semaine prochaine", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

"La date et l'heure exactes seront déterminées après avoir reçu de l'ONU les informations concernant la préparation des convois et la garantie de la part de nos partenaires américains qu'ils seront acheminés en toute sécurité", a précisé le porte-parole.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, "se félicite" de l'initiative de la Russie, "et l'équipe humanitaire de l'ONU est maintenant prête à se mobiliser pour répondre à ce défi", selon un communiqué du bureau de M. de Mistura.

L'émissaire a souligné qu'il comptait sur la Russie et sur les Etats-Unis pour s'assurer que les parties qu'ils soutiennent dans le conflit respectent la future trêve.

 

Importantes pénuries

Des centaines de milliers de civils sont pris au piège à Alep et subissent d'importantes pénuries, selon l'ONU.

Les images d'un enfant blessé mercredi dans un bombardement à Alep ont suscité une grande émotion à travers le monde. Elles montrent ce garçon de 4 ans, Omrane, le visage couvert de poussière et de sang, étourdi par le souffle d'une explosion.

Un médecin d'Alep qui a soigné la blessure à la tête de l'enfant a déclaré dans une interview à la BBC qu'il avait pu rejoindre ses parents.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias