Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

«Ankara négocie la prise de Manbij»

Pour l’expert Antoine Basbous, l’offensive turque ira jusqu’à la ville kurde à l’est, mais pas plus loin.

20 mars 2018, 00:01
DATA_ART_12013835

Le drapeau turc flotte depuis dimanche sur la ville d’Afrine. Deux mois après le début de l’offensive baptisée «Rameau d’olivier» dans l’enclave kurde au nord-ouest de la Syrie, l’armée turque et ses supplétifs de l’Armée syrienne libre (ASL) ont délogé de la ville les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG).

La chute du bastion des Kurdes syriens est une victoire d’étape aux yeux du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui espère pousser encore plus à l’est et prendre les villes de Manbij, Kobané, Tell Abyad, Ras al-Aïn et Qamichli. Un scénario improbable, estime Antoine Basbous, directeur de l’Observatoire des pays arabes, à Paris.

Jusqu’où ira la Turquie?

Les Turcs veulent créer un cordon sanitaire le long de la frontière sud du pays, en chassant leurs ennemis kurdes de la région. Théoriquement, ils ne devraient pas aller plus loin que Manbij, une ville située à plus d’une centaine...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias