Réservé aux abonnés

Après le séisme au Népal, enfants et orphelins vulnérables face aux trafics

A Nawalpur, dans une zone durement frappée par les catastrophes d'avril et mai, une école temporaire, aidée par l'ONG Plan international, aide les enfants rescapés.
25 août 2015, 16:13
data_art_9324685.jpg

Nita ne rit plus. L'air absent et triste, la fillette âgée de 9 ans dénote par rapport aux autres enfants de la petite école temporaire de Nawalpur, hilares et surexcités par la présence d'étrangers. Engloutie sous le toit de sa maison, qui s'est effondré lors du séisme meurtrier du 25 avril, elle a été sauvée in extremis par sa grand-mère, 77 ans, qui est morte en la protégeant avec son corps. Les enfants sont en première ligne dans la tragédie qui a frappé le Népal et qui les a rendus encore plus vulnérables, notamment aux trafics.

"J'ai appelé ma mère, piégée sous les décombres, raconte Ch...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois