Argentine: près de 50 morts et une vingtaine de disparus dans des inondations

Les inondations à La Plata en Argentine ont fait près de 50 morts et une vingtaine de disparus.
07 août 2015, 11:12
A man pushes his bike through a flooded street in La Plata, in Argentina's Buenos Aires province, Wednesday, April 3, 2013. At least 35 people were killed by flooding overnight in Argentina's Buenos Aires province, the governor said Wednesday, bringing the overall death toll from days of torrential rains to at least 41 and leaving large stretches of the provincial capital under water. (AP Photo/Natacha Pisarenko)

Une vingtaine de disparus étaient toujours recherchés jeudi à la suite d'inondations subites qui ont causé la mort de 49 personnes dans la nuit de mardi à mercredi à La Plata. Cette tragédie a été attribuée par les experts au changement climatique et à une série d'erreurs humaines.

"Nous sommes en train d'établir le bilan final et une vingtaine de personnes n'ont toujours pas été localisées", a annoncé jeudi le secrétaire argentin de la sécurité Sergio Berni, précisant qu'"aucun appel à l'aide n'a été reçu" ces dernières heures.

Peu après, le gouverneur de la province de Buenos Aires Daniel Scioli a annoncé un nouveau bilan de 49 morts à La Plata, à 60 kilomètres au sud de Buenos Aires, alors qu'on en était resté à 48 mercredi soir, pour un bilan provisoire global de 57 morts.

La moitié de cette agglomération de 900'000 habitants a été inondée et privée de courant mercredi. Plus de 2500 personnes ont dû abandonner leurs logements envahis par les eaux et ont été hébergés dans une vingtaine de centres d'accueil temporaires. Quelque 25'000 foyers de La Plata demeuraient sans électricité jeudi, selon les autorités.

400 millimètres en deux heures

Selon les services météorologiques, il est tombé 400 millimètres de pluie en deux heures mardi soir, un record pour La Plata. L'eau s'est accumulée dans les parties basses de la ville, située à une dizaine de kilomètres du Rio de la Plata, dans une région marécageuse.

La présidente argentine Cristina Kirchner, qui s'est rendue en matinée dans les zones affectées de La Plata, a décrété trois jours de deuil national. Le pape François s'est quant à lui dit "profondément peiné" pour les victimes et les dégâts dans son pays natal.

La nuit précédente, des pluies diluviennes avaient déjà causé la mort d'au moins huit personnes dans la capitale argentine et sa région. A Buenos Aires, la situation était quasiment revenue à la normale jeudi, mais dans un "environnement désolé", a annoncé le secrétaire municipal de l'environnement Diego Santilli.

Urbanisation accélérée

Après ces drames, plusieurs responsables et experts ont pointé le changement climatique, mais aussi une urbanisation accélérée qui n'a pas pris en compte l'hydrographie des deux villes. A La Plata notamment, de nombreuses rivières ont été enterrées et coulent dans des canalisations, alors que certaines habitations ont été édifiées sur des terres inondables.

Le défenseur de l'environnement Osvaldo Guerrica Echevarria dénonce de son côté la construction effrénée d'immeubles, dont les fondations imperméabilisées entravent la circulation souterraine de l'eau, en particulier à Buenos Aires.